20 avril 2012 17:38
Une manifestation tourne à l'émeute

20 avril 2012 à Montréal



20 avril 2012 à Montréal (© © Paul Chiasson/La Presse canadienne)
Suivant
Précédent
Précédent
  • 20 avril 2012 à Montréal (© © Paul Chiasson/La Presse canadienne)
  • Palais des congrès de Montréal (© © Paul Chiasson/La Presse canadienne)
  • Montréal (© © Paul Chiasson/La Presse canadienne)
  • Barricades (© © Paul Chiasson/La Presse canadienne)
  • Quartier chinois (© © Paul Chiasson/La Presse canadienne)
  • Affrontements (© © Paul Chiasson/La Presse canadienne)
  • Vandalisme au Palais des congrès (© © Paul Chiasson/La Presse canadienne)
  • Arrestations (© © Paul Chiasson/La Presse canadienne)
Suivant
© Paul Chiasson/La Presse canadienneAfficher les vignettes
Précédent1 de 11Suivant
Partagez cette galerie

MONTRÉAL (La Presse canadienne) - Le Palais des congrès de Montréal a été assiégé, vendredi, alors qu'une violente manifestation a fait rage dans les rues entourant l'édifice où se tenait le Salon Plan Nord, auquel participait le premier ministre Jean Charest.

Le rassemblement, qui se déroulait sous le thème «Non à la gratuité minière! Oui à la gratuité scolaire!», a rapidement dégénéré -- dès les premières minutes de l'action de perturbation, des vitres volaient en éclats, des projectiles étaient lancés dans tous les sens et les policiers intervenaient.

Selon un bilan provisoire dressé par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) en fin d'après-midi, 17 personnes ont été arrêtées et six personnes ont été blessées. Parmi les blessés, on dénombre quatre policiers, qui ont subi de légères blessures.

Sur le terrain, la situation était presque revenue à la normale en début de soirée. Le combat s'est plutôt transporté sur Internet, alors que le site du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) a été ciblé par des pirates informatiques. Vers 17 h 45, le site était toujours inaccessible.

Un dur lendemain de veille attend cependant les citoyens de la métropole, a prévenu l'un des porte-parole du SPVM, le sergent Ian Lafrenière.

«Les Montréalais vont avoir une mauvaise surprise. Il y a des débris partout dans les rues, des voitures ont été vandalisées et des méfaits ont été commis. La facture va être salée», a-t-il affirmé.

La Sûreté du Québec, qui avait été appelée en renfort par le SPVM, a plié bagages vers 16 h 30. Les policiers de Montréal avaient fait appel à leurs collègues de la force provinciale alors que certains manifestants installés sur le viaduc Saint-Laurent lançaient des roches sur des automobiles qui circulaient sur l'autoroute Ville-Marie.

Pendant ce temps, à l'intérieur du Palais des congrès, le salon où se trouvait Jean Charest était sous haute surveillance policière. Plus d'une vingtaine de policiers ont monté la garde devant la porte, qui avait été verrouillée pendant quelque temps au début de la manifestation après que des protestataires eurent tenté d'entrer de force dans le Palais des congrès.

La situation est vite devenue hors de contrôle, vers midi vendredi. Quelques minutes à peine après le début de la manifestation, des dizaines de protestataires avaient réussi à entrer dans un garage du Palais des congrès.

D'autres encore ont pénétré dans le hall d'entrée principal du Palais, mais ils ont été rapidement repoussés vers l'extérieur par les policiers. Ces derniers ont eu recours à des bombes assourdissantes et aux gaz irritants pour arriver à leurs fins.

Des fenêtres et des portes vitrées de l'édifice ont été brisées, une borne d'incendie a été ouverte et plusieurs objets, dont des poubelles, ont été lancés dans les rues. L'imposant contingent policier qui a été déployé aux alentours de l'édifice est rapidement intervenu.

L'escouade antiémeute a fait son arrivée sur les lieux, et aux alentours de 12 h 45, la manifestation a été déclarée illégale. Quelques balles de caoutchouc ont été tirées par les policiers, a pu constater La Presse Canadienne.

Environ une heure après le début des événements, la foule a commencé à se disperser dans les rues du Vieux-Montréal et du centre-ville. Des barricades de fortune ont été érigées à l'aide de matériaux de construction à l'intersection des rues Bleury et Dowd et des rues Saint-Antoine et Saint-François-Xavier.

Vers 14 h 30, des groupes de jeunes marchaient toujours dans le secteur, ramassant au passage tout ce qui leur tombait sous la main -- tables, matériaux de construction, pavés d'asphalte -- afin d'ériger des barrages ou de s'en servir comme projectiles.

Pendant un certain temps, à la demande du SPVM, le service de métro à la Place d'Armes avait été interrompu. Il a repris vers 16 h 15, a confirmé la porte-parole de la Société de transport de Montréal (STM), Marianne Rouette.

Recherche de Image pour 20 avril 2012 à Montréal sur Bing
Image
Précédent 1 de 1 Suivant
loading

Recommandés dernièrement