Raonic prêt à amorcer le tournoi de Wimbledon

Milos Raonic. Mark Humphrey / The Associated Press

WIMBLEDON, Royaume-Uni - Le Canadien Milos Raonic, 22e au monde, fait tout ce qu'il peut pour se préparer à jouer sur le gazon de Wimbledon, où il s'est blessé l'an dernier.

L'Ontarien a vu son séjour anglais prendre fin subitement, en 2011, quand il a glissé lors de son match de deuxième tour, ce qui l'a forcé à se retirer avec une douloureuse blessure à la hanche droite.

Cette année, Raonic mentionne qu'il n'y a que la pluie qui le fait sourciller un peu, à l'approche de son premier match du tournoi face à Santiago Giraldo de la Colombie (45e), mardi.

«S'il pleut un peu ou que le terrain est détrempé, c'est là que nous serions un peu plus prudents à l'entraînement, a dit Raonic, 21 ans. Mais au-delà de ça, avec une surface comme on s'y attend, il n'y a pas d'inquiétudes.»

La blessure citée plus haut a mené à une opération deux semaines plus tard. Après un retour prématuré en coupe Davis contre Israël, en septembre, ce n'est que le mois suivant que Raonic a renoué avec le succès, à Tokyo et à Shanghai. Raonic s'entraîne à Wimbledon depuis lundi dernier et il se sent prêt, même s'il y a eu du temps froid et pluvieux.

«J'ai pu m'entraîner autant que je pouvais l'espérer», a t-il résumé.

Le Canadien a pu frapper des balles avec une variété de joueurs ayant chacun leur style, comme Roger Federer, Novak Djokovic, Lukasz Kubot et Nicolas Mahut. S'il battait Giraldo, Raonic affronterait ensuite un compatriote, Vasek Pospisil, ou bien l'Américain Sam Querrey.

En route vers l'étape anglaise du Grand chelem, Raonic a atteint le troisième tour à Roland-Garros, s'y inclinant après une lutte serrée contre Juan Monaco. Il a ensuite joué sur gazon à Halle et s'est rendu jusqu'en quarts de finale, où Federer l'a battu 6-7(4), 6-4 et 7-6 (3). Raonic dit que c'est son service qui l'a gardé dans le match contre le Suisse.

«Je n'ai pas si bien joué que ça, c'est mon service qui a prolongé le match. Ça m'aide toujours quand je sers bien, mais je m'améliore constamment en fond de terrain. À Wimbledon la surface est un peu plus lente, alors je vais devoir miser un peu plus sur le fond de terrain, mais j'ai l'impression que mon service est tout aussi solide.»