Technologie - Échec de l'essai de l'avion hypersonique

Les tests de l'avion hypersonique conçu pour voler à plus de 7300 km/h se sont soldés par un échec mercredi, a annoncé l'armée de l'air américaine.

La raison : une panne a empêché l'allumage d'un réacteur.

L'avion expérimental, le X-51, doit éventuellement atteindre Mach 6. Appelé le surfeur ( Waverider en anglais), l'avion sans pilote avait été accroché sous l'aile d'un bombardier B-52 qui avait décollé de la base aérienne d'Edwards, en Californie. L'engin devait ensuite être lâché pour un vol de 5 minutes.

Propulsé par un moteur habituellement utilisé sur des missiles, le Waverider n'a toutefois volé que 16 secondes à cause du dysfonctionnement.

Un premier réacteur devait propulser le X-51 à Mach 4,5 (plus de 5000 km/h) pendant 30 secondes avant qu'un statoréacteur prenne le relais et l'amène à une altitude de 21 000 mètres et une vitesse de Mach 6.

Toutefois, le vol d'essai a pris fin avant que le statoréacteur ait pu être enclenché.

L'engin s'est abîmé dans l'océan à environ 700 kilomètres de son point de largage, et il ne sera pas récupéré.

Le principal objectif du présent test était d'améliorer les connaissances en matière de vol hypersonique, c'est-à-dire à une vitesse supérieure à Mach 5 (6000 km/h).

Lors de son dernier test en juin 2011, l'appareil, qui surfe sur l'onde qu'il dégage, avait atteint Mach 5. Il avait cependant raté sa cible de rapidité.

Le test prévoyait un vol de 5 minutes à Mach 6, soit six fois la vitesse du son, plus de 7300 km/h.

Après ces tests aux résultats mitigés, il ne reste qu'un Waverider sur les quatre engins dont disposait au départ l'armée.

Actuellement, le projet financé par le Pentagone et la NASA a pour objectif de concevoir des missiles plus rapides. Il pourrait toutefois mener à la création d'avions commerciaux plus rapides.

À la vitesse de 6900 km/h, un tel appareil voyagerait de Londres à New York en environ une heure.

Le saviez-vous?

En août 2011, l'essai d'un planeur volant à Mach 22 (27 000 km/h) baptisé HTV-2 avait échoué lors de son second test.

Radio-Canada.ca avec AFP