- Les variations météorologiques existent aussi sur certaines exoplanètes

Des astrophysiciens français ont découvert grâce au télescope spatial Hubble que la météo varie aussi sur les exoplanètes, ces planètes orbitant autour d'une étoile autre que le Soleil, rapporte le Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Les scientifiques de l'Institut d'astrophysique de Paris et de l'Institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble en sont arrivés à cette déduction en observant l'exoplanète HD 189733b, située à 63 années-lumière (soit 600 000 milliards de kilomètres) de la Terre.

HD 189733b est une planète gazeuse géante, dotée d'une atmosphère brumeuse à base de gaz hydrogène (H2), qui se trouve à une distance 30 fois plus petite de son étoile que la Terre du Soleil.

Menées en avril 2010 et septembre 2011, les observations « confirment l'existence de ce phénomène sur cette autre exoplanète. Mais, surtout, elles montrent pour la première fois des variations météorologiques dans l'atmosphère d'une exoplanète », souligne le communiqué du CNRS.

En septembre 2011, les astrophysiciens ont aperçu un nuage de gaz six fois plus étendu que la planète elle-même, ce qui n'était pas le cas en avril 2010. Selon les scientifiques, « ceci montre qu'entre les deux dates, l'état de l'atmosphère a varié ».

Le CNRS précise que ces travaux pourraient élargir le champ d'études des sciences du climat et de la météorologie, qui se limite aujourd'hui à l'étude de la météo des planètes du système solaire, et mener à une « nouvelle sous-discipline : l'exo-météorologie ».

Trois nouvelles observations sont déjà programmées pour tenter de déterminer l'origine de ce changement, ainsi que le rôle de l'étoile et de son rayonnement sur la météo de l'exoplanète.

Les travaux de l'équipe d'observation sont publiés dans la revue Astronomy & Astrophysics Letters du 28 juin 2012.

Radio-Canada.ca avec AFP