- Le peuplement de l'Amérique vu par la génétique

Les deux continents américains ont été peuplés à partir de trois vagues distinctes en provenance de Sibérie, montre une étude internationale qui a retracé l'histoire du patrimoine génétique des populations amérindiennes.

Selon le consortium d'une soixantaine de chercheurs, de vastes échanges génétiques se sont ensuite produits entre ces populations.

Les chercheurs ont obtenu une vue d'ensemble du patrimoine génétique de plus de 500 personnes provenant de 52 populations amérindiennes et 17 sibériennes à l'aide des puces ADN, la technique la plus puissante d'analyse des génomes.

La comparaison de 364 470 marqueurs a permis d'établir le degré de différence ou de ressemblance génétique de ces populations. Les scientifiques ont dû détecter et interpréter correctement les traces génétiques du métissage africain et européen qu'ont connu, après l'arrivée de Christophe Colomb, les populations amérindiennes.

Les analyses confirment que :

  • la majorité des populations amérindiennes, des Algonquins du Québec aux Yaghans de Terre de Feu, en passant par les Mayas-Kaqchiquel du Guatemala, sont issues d'une vague de migration provenant de Sibérie il y a environ 15 000 ans.
  • la plus grande diversité génétique parmi les individus se situe au nord de l'Amérique, tandis que les populations les plus homogènes génétiquement sont celles de l'Amérique du Sud, confirmant l'axe nord-sud de peuplement du continent.
  • deux autres vagues de peuplement asiatique sont survenues ultérieurement. Ces vagues sont toutefois restées cantonnées à l'Alaska, au Canada et au nord des États-Unis.

Cette réalité confirme le modèle à trois vagues élaboré en 1986 et qui n'avait pas su convaincre la communauté scientifique.

Toutefois, contrairement à ce qu'affirmait le modèle de 1986, les données recueillies montrent que les populations arrivantes se sont mélangées à celles déjà présentes. Ainsi se sont formés les peuples eskimo-aléoutes et chippewyans.

Une énigme a aussi trouvé une réponse en ces travaux. Le peuple de langue chibcha, habitant au Panama, descendrait du métissage entre des populations mexicaines et d'autres venues du Venezuela et de la Colombie.