Exploration spatiale - Mars, comme si vous y étiez!

Des centaines de scientifiques amorcent leur exploration de Mars alors que le robot Curiosity commence à renvoyer des images et des données à partir de la surface de la planète voisine de la Terre.

Lundi, après huit mois de voyage dans l'espace interplanétaire, le robot a réussi son atterrissage sur Mars, au grand soulagement des responsables de la mission à la NASA. Les ingénieurs ont effectué une première série de tests sur les instruments scientifiques embarqués sur le robot.

Les jours qui viennent seront également l'occasion de vérifier les systèmes de communication de la sonde.

Les premières photos envoyées montraient l'ombre du robot sur le sol de la planète rouge et une vue panoramique du mont Sharp, en face duquel il s'est posé.

Le cliché montre une vaste étendue plate couverte de galets, de laquelle s'élève la masse blanche du mont Sharp, une montagne de 5000 mètres d'altitude sur laquelle Curiosity est censé grimper d'ici un an pour analyser ses roches, dont certaines remontent à un milliard d'années.

La NASA a également présenté une animation des dernières minutes de la descente de Curiosity sur Mars et de son atterrissage, en mettant bout à bout 297 photos prises par un appareil fixé sous le robot (voir à la fin du texte).

Il est clairement possible d'y voir le détachement du bouclier thermique, puis la descente vertigineuse du vaisseau et le nuage de poussière provoqué par les rétrofusées avant l'atterrissage.

Des images haute définition de la descente, d'une qualité huit fois supérieure à celles dévoilées lundi, devraient être disponibles dans une quinzaine jours.

Curiosity est une sonde robotisée de 900 kg et de la taille d'une petite voiture. Elle a coûté 2,5 milliards de dollars et devrait permettre de découvrir si l'environnement de Mars a un jour été propice au développement de la vie.

Trois sondes sont actuellement en orbite autour de Mars, deux américaines (Mars Reconnaissance Orbiter et Mars Odyssey) et une européenne (Mars Express).

Le saviez-vous?

Le Canada participe à cette mission. L'agence spatiale canadienne fournit en effet un spectromètre à particules alpha et rayons X (APXS). La tâche du capteur APSX, de la taille d'un cube de Rubik et fixé à l'extrémité du bras du robot, sera d'analyser les composés chimiques des pierres et du sol de Mars.

Radio-Canada.ca avec AFP