Archéologie - Diagnostic d'infection pulmonaire sur une momie de 500 ans

Une infection pulmonaire bactérienne a été diagnostiquée chez l'une des trois momies incas datant de 500 ans découvertes en 1999 dans les Andes argentines.

Les enfants de Llullallaico, comme on les appelle, avaient été retrouvés congelés en parfait état de conservation à 6700 m d'altitude.

Les corps de deux jeunes filles et d'un garçon contenaient encore tous leurs organes. Du sang était encore présent dans leur coeur et dans leurs poumons, comme s'ils étaient morts récemment.

Dans les présents travaux, la chercheuse Angelique Corthals du John Jay College of Criminal Justice et ses collègues ont analysé les protéines qui se trouvaient dans l'organisme de deux de ces momies afin d'évaluer l'état de leur système immunitaire au moment de leur décès.

L'une d'elles, surnommée The Maiden (la jeune fille), était porteuse d'une bactérie s'apparentant à la mycobactérie, agent pathogène à l'origine des infections des voies respiratoires supérieures et de la tuberculose de nos jours.

De plus, une radiographie des poumons de la jeune fille d'une quinzaine d'années a montré qu'elle souffrait d'une infection aux poumons au moment de sa mort.

Aucun signe d'infection n'a été décelé chez l'autre momie. La détection d'agents pathogènes dans de vieux tissus n'est pas nouvelle, mais jusqu'à présent, il était impossible d'établir si l'agent infectieux était latent ou actif au moment de la mort.

Selon les chercheurs financés par la société National Geographic , l'utilisation de leur technique permettra certainement d'élucider de nombreux mystères historiques, par exemple la raison de la virulence de la grippe de 1918 qui avait fait jusqu'à 100 millions de morts selon de récentes réévaluations.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue PLoS ONE .