Industrie forestière - Moins de travaux sylvicoles

Quelque 150 emplois sont menacés dans l'industrie sylvicole au Saguenay-Lac-Saint-Jean en raison de la diminution des activités.

Les travaux ont chuté de 15 % à 50 % cette année, surtout en ce qui a trait aux éclaircies précommerciales.

Le propriétaire de Sylviculture Tramfor de Saguenay, Vital Tremblay, explique que près de 45 travailleurs risquent de se retrouver au chômage prochainement. « Lundi prochain, je devrai annoncer à mes gars que c'est terminé », dit-il.

Les travailleurs touchés ne pourront obtenir de prestations d'assurance-emploi parce qu'il leur manque sept semaines pour répondre aux critères.

La situation est similaire du côté des coopératives forestières de Laterrière et de Sainte-Rose-du-Nord, où 110 emplois sont en jeu.

Le directeur général de la coopérative de Laterrière, Louis Pelletier, souligne que l'histoire se répète. « Au cours des trois dernières années, on a toujours eu des difficultés à attacher des budgets et à combler des déficits, dit-il. Mais avec la collaboration de tous, du ministère des Ressources naturelles, de notre ministre et de notre député, on a toujours réussi à attacher la boucle. »

De passage à Saguenay lundi, le premier ministre, Jean Charest, a précisé que l'enveloppe de 189 millions de dollars pour les travaux sylvicoles est restée la même.

« Nous avons maintenu les budgets des travaux sylvicoles cette année, ça a été les mêmes budgets que l'an dernier. S'il y a des budgets qui se libèrent ailleurs, on va pouvoir les transférer et on va regarder ça de très près. »

Plusieurs se demandent pourquoi les activités sylvicoles diminuent, alors que l'enveloppe de 189 millions de dollars est inchangée d'année en année.

Dans la circonscription de Dubuc, où la situation est particulièrement précaire, le ministre délégué aux Ressources naturelles, Serge Simard, redirige les questions vers son ministère; personne n'était disponible pour répondre aux questions.