Autochtones - Le barrage des Attikameks en Haute-Mauricie pourrait atteindre le Lac-Saint-Jean

Les Attikameks d'Opitciwan menacent de bloquer des routes forestières au nord de La Doré, au Lac-Saint-Jean.

Depuis mardi, ils ont érigé un barrage pour perturber les opérations forestières en Haute-Mauricie et empêcher le bois de quitter leur territoire.

Les Attikameks réclament des volumes de bois et des redevances sur l'exploitation forestière.

Plusieurs barrières sont érigées près de La Tuque pour forcer Québec à négocier.

Le chef du conseil de bande des Attikameks d'Opitciwan, Christian Awashish, envisage d'étendre le blocus. « Nous, on est en train de regarder la possibilité de bloquer un autre endroit et là, ça pourrait exposer certains individus du Lac-Saint-Jean, dit-il. Ce serait vraiment l'accès en direction de La Doré, la zone appelée 54, entre La Doré et Chibougamau. Ce serait à cet endroit qu'on ferait des actions, si on le fait. »

De son côté, le conseil de bande de Mashteuiatsh se dit très sensible aux revendications des Attikameks d'Opitciwan. « Confrontés également depuis des dizaines d'années au développement et à l'exploitation des ressources naturelles sur le territoire ancestral sans avoir réglé la question des droits ancestraux et du titre aborigène, les Pekuakamiulnuatsh en ont assez d'attendre la venue d'un traité », souligne le chef Clifford Moar dans un communiqué.

Jusqu'à présent, les négociations entre les chefs autochtones et le gouvernement du Québec n'ont rien donné.