Travail - Des élus frustrés par la grève des cols bleus

La Ville de Québec se voit forcée d'annuler deux autres événements en raison de la grève du temps supplémentaire des cols bleus. L'administration Labeaume demande aux employés manuels de changer de stratégie.

Le feu de joie de la Saint-Jean-Baptiste dans le secteur de Vanier et le spectacle de Michel Rivard à Val-Bélair le 24 juin ne pourront pas avoir lieu en raison de la grève. D'autres événements, comme la collecte du téléthon Opération Enfant Soleil, l'étape de Québec au Tour de Beauce et l'épreuve de course à pied de la Descente royale, ont aussi été touchés par le conflit de travail. La Ville envisage déjà l'annulation de certaines activités prévues pour la journée anniversaire de la fondation de Québec, le 3 juillet.

Le vice-président du comité exécutif, Richard Côté, déplore que les services aux citoyens ne soient pas épargnés par les moyens de pression des cols bleus. Les employés manuels refusent de faire des heures supplémentaires depuis le 24 mai dernier, sauf pour les événements qui ont été inclus dans les services essentiels.

Le conseiller du district de Val-Bélair, Sylvain Légaré, admet que la situation soulève son lot de frustration. « Je vous dis que le 24 juin, ce sont des bénévoles, des citoyens, des fans et des commerçants qui seront touchés. »

Revoir la stratégie

Pour la première fois, les élus demandent aux cols bleus de convaincre leur syndicat de revoir leur stratégie, qui met en péril de petits événements. Le maire, Régis Labeaume, a même laissé entendre à quelques reprises durant la réunion du conseil municipal que certains « cols bleus semblent de moins en moins à l'aise avec la position de leur syndicat. »

L'administration Labeaume entend compiler toutes les pertes financières engendrées par la grève du temps supplémentaire des employés manuels. Le conseiller indépendant Yvon Bussières croit plutôt que la Ville devrait utiliser ses énergies pour régler le conflit. « Réglez donc la convention collective, c'est ça qui est urgent », a-t-il lancé.

Régis Labeaume réitère son invitation pour que le syndicat des cols bleus assiste, jeudi, à l'assemblée réunissant tous les syndicats de la Ville. Les représentants des cols bleus sont les seuls à avoir décliné l'offre du maire pour discuter.