Société - Fête nationale : les gens d'affaires de la Grande Allée satisfaits

Les commerçants de la Grande Allée accueillent favorablement le virage sécuritaire opéré par la Ville de Québec dans le cadre des célébrations entourant la Saint-Jean-Baptiste.

« Nous, on est très satisfaits. Tout était sous contrôle. Les gens étaient heureux. Il n'y avait pas de débordements. On n'a pas eu de bris comme ça arrivait très souvent avant [...] Pour nous, c'est quelque chose de très positif », indique Pierre Turgeon, propriétaire du bar L'Inox.

Le son de cloche est le même du côté de James Monti, propriétaire du restaurant Savini. « Ç'a été une soirée extraordinaire, dans le sens qu'on a eu vraiment zéro problème », lance-t-il.

André Verreault, qui représente les commerçants au sein d'Action Promotion Grande Allée, estime que le changement en matière de sécurité est de bon augure. « On pense que le virage que la Ville de Québec a entrepris est positif », dit-il.

Le changement de ton de la fête nationale donne même des idées aux commerçants de la Grande Allée pour attirer plus de clientèle dans les années à venir. « Je pense que l'année prochaine, on va faire quelque chose pour attirer les gens. Cette année, il y a eu un effort le 23 dans le jour, mais nous, je pense qu'on aimerait ben ça faire un genre d'aménagement sur la rue avec des spectacles », indique Jean-Pierre Gagnon, copropriétaire du restaurant Cosmos.

Le MNQ satisfait

Par ailleurs, le directeur général du Mouvement national des Québécois, Gilles Grondin, a affirmé lundi matin que la fête nationale à Québec a été un succès et que les fêtards ont été au rendez-vous.

Même s'il reconnaît que les spectateurs étaient moins présents que lors des années précédentes, M. Grondin se dit satisfait de la foule qui s'est massée sur les plaines d'Abraham. Il se dit surpris que les médias aient parlé d'une foule modeste.

« Je trouve qu'un moment donné, on exagère, parce qu'il y avait du monde, il y avait du monde en masse. Ce n'était pas dense comme dans les autres années, mais je veux dire, il y avait du monde jusqu'en haut de la colline dans le fond. »