- Noyade à Saint-Rémi : le cri du coeur d'une mère

Après la noyade de sa fille de deux ans, Julie Dufault a tenu à témoigner. Elle veut mettre en garde les parents qui ont des piscines pour que ce drame ne se reproduise pas.

Jeudi vers midi, la fillette a échappé à la vigilance de sa famille. Elle s'est faufilée à l'extérieur et a été retrouvée inerte, dans la piscine familiale, à Saint-Rémi, en Montérégie. Toujours sous le choc de la disparition de sa petite Marylou, Mme Dufault lance un cri du coeur aux autres familles pour leur éviter pareille tragédie.

« J'ai quand même un lock qui est après ma porte-patio », a expliqué la mère de 27 ans à Radio-Canada. Oui, c'était brisé. On était censés aller chercher un nouveau cadenas pour la piscine. » « On se dit toujours que ça va arriver aux autres, poursuit-elle. Mais ça nous tombe dessus. »

« C'est arrivé très vite »

Aujourd'hui, Mme Dufault appelle les parents à la plus grande prudence. Il faut « bien sécuriser [les lieux] ou ne pas mettre de piscine si vous n'êtes pas capable de sécuriser. Ou alors, il faut bien arranger la cour en conséquence », conseille la jeune femme.

Elle rappelle aussi qu'il faut constamment surveiller ses enfants. « Ça ne prend vraiment pas beaucoup de temps, explique Julie Dufault. Même si vous allez à la salle de bain, [assurez-vous] que ça soit bien sécurisé et que la porte soit bien barrée. Parce que c'est arrivé très vite. »

Elle suggère aussi que le gouvernement du Québec rende obligatoire des cours de réanimation cardio-respiratoire. « Ça devrait être avant les cours prénataux », estime la mère de deux autres enfants. « Je trouve que c'est une chose très importante. »

Quant à sa piscine, Mme Dufault compte la faire enlever.

Depuis le début de l'année, 44 personnes sont mortes noyées au Québec.