- Forêt des Hirondelles : la justice se penche sur un projet immobilier controversé

Le sort du projet immobilier du sénateur Paul Massicotte dans la forêt des Hirondelles est entre les mains de la Cour supérieure. Le tribunal a entendu mardi à Longueuil la demande d'injonction de citoyens de Saint-Bruno-de-Montarville qui s'opposent au projet.

La porte-parole du Regroupement des citoyens pour la sauvegarde de la forêt des Hirondelles, Marilou Alarie, fait valoir qu'il y a plusieurs espèces vulnérables et au moins une espèce menacée dans le boisé de six hectares adjacent au Parc national du Mont-Saint-Bruno.

« Nous sommes aujourd'hui à déposer une requête en injonction pour arrêter le projet immobilier indéfendable du sénateur Paul J. Massicotte. Ceci dit, nous trouvons tout à fait déplorable d'avoir à nous présenter en cour ce matin pour faire respecter une loi que le ministre de l'Environnement se doit d'appliquer », a déclaré Mme Alarie à la juge Nicole Gibeau.

Les citoyens avaient demandé au ministère d'appliquer l'article 16 de sa Loi sur les espèces menacées en vertu duquel « nul ne peut, dans l'habitat d'une espèce floristique menacée ou vulnérable, exercer une activité susceptible de modifier les processus écologiques en place, la diversité biologique présente et les composantes chimiques ou physiques propres à cet habitat ».

Le promoteur, qui a obtenu le feu vert de la Ville en novembre 2011, doit commencer la construction de 30 résidences de luxe à compter du mois prochain. Les autorités municipales ont rejeté la demande de moratoire des citoyens. Les travaux de forages effectués en janvier dans le cadre du projet avaient ravivé la colère de ses opposants.