- Des produits locaux qui viennent de loin

Depuis quelques années, les consommateurs valorisent le fait de manger des produits du terroir et apprécient le goût des produits locaux.

Des détaillants, dans certains marchés publics, tableraient sur cette tendance pour faire passer des fruits ou des légumes venus d'ailleurs pour des produits frais du Québec.

« Bien souvent, il y a des légumes qui ne viennent pas du Québec, mais le marchand le fait passer pour un produit du Québec. Le monde achète ces légumes en pensant qu'ils viennent du Québec, c'est ça qui est plate », affirme Jacques Rémillard, un producteur maraîcher qui tient un kiosque au marché Jean-Talon.

Depuis quelques années la Corporation des marchés publics a mis en place un système très précis d'étiquetage des produits.

Mais, au-delà des problèmes d'étiquetage, c'est la vocation même du marché qui est remise en question par certains consommateurs.

« En fin de semaine, j'étais là à la première heure du matin et j'ai vu les camions de grossistes déchargés. Je ne sais pas si c'est la vocation des marchés publics surtout à une époque où on veut privilégier la santé et en même temps les produits québécois », raconte une cliente du marché.

Car, 80 ans après sa création, le marché Jean-Talon fait de plus en plus de place aux revendeurs et cela préoccupe des maraîchers.

« Avant ça c'était les cultivateurs qui venaient vendre leur produit aujourd'hui c'est différent ce sont des revendeurs. Ça change l'ambiance, les clients le disent », déplore un producteur.

Avec un reportage d'Émilie Dubreuil