Élections Québec 2012 - La CAQ évoque le problème de l'exode des médecins : réactions en Mauricie

En entrevue au quotidien Le Devoir, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a dit envisager de forcer les jeunes médecins qui quittent le Québec à rembourser le coût de leurs études, évoquant même un recours possible à la clause dérogatoire de la Charte canadienne des droits et libertés.

Or, dans une entrevue accordée à la radio de Radio-Canada, le Dr Barrette, que François Legault a déjà désigné comme le ministre de la Santé d'un éventuel gouvernement caquiste, a fermé la porte à ces mesures.

Ce « n'est pas une chose que l'on va faire parce qu'effectivement le problème n'est pas là », a-t-il affirmé.

Plus tard, en point de presse à Saint-Bruno-de-Montarville, François Legault a précisé qu'il y avait plusieurs étapes à franchir avant d'utiliser la clause dérogatoire. « C'est un dernier recours, ce n'est pas une priorité au cours des prochaines années », a déclaré le chef de la CAQ.

Réactions en Mauricie

Les futurs médecins croient que cette mesure ne serait pas le meilleur moyen de régler les problèmes dans le système de santé.

Pour David Vallerand, qui en est à sa première année d'étude en médecine à Trois-Rivières, cette mesure serait trop sévère. « On a aussi un investissement personnel là-dedans. Puis je pense que c'est difficile pour un médecin de prévoir ce qui va être favorable pour ta pratique. Oui, mon intention c'est de travailler au Québec, mais je pourrais avoir des opportunités de pratiquer ailleurs au Canada. »

De son côté, l'Association des omnipraticiens croit que le gouvernement devrait plutôt miser sur l'amélioration des conditions de pratique des médecins.

Jean-Philippe Nadeau résume les réactions des étudiants de la faculté de médecine de l'Université de Montréal en Mauricie.