Justice - Mort de Brian Sinclair : aucune accusation criminelle ne doit être portée

L'enquête policière menée à la suite de la mort de Brian Sinclair en septembre 2008 conclut qu'aucune accusation criminelle ne doit être portée, a confirmé la police de Winnipeg mardi.

Brian Sinclair est mort aux urgences du Centre des sciences de la santé de Winnipeg le 21 septembre 2008, après avoir attendu 34 heures sans recevoir de soins.

Selon un rapport d'autopsie, l'Autochtone de 45 ans, sans-abri et amputé de ses deux jambes, a été retrouvé mort dans son fauteuil roulant des suites d'une infection à la vessie liée à un cathéter obstrué.

Quelques jours après le décès, le médecin légiste en chef de la province, Dr. Thambirajah Balachandra, avait conclu que cette mort aurait pu être évitée.

Enquête

La police de Winnipeg a lancé une enquête en octobre 2010 pour déterminer si des accusations criminelles devaient être portées.

Elle avait annoncé en 2011 avoir terminé son enquête et l'avoir acheminé au ministre de la Justice du Manitoba.

La police avait alors expliqué que le cas comportait des circonstances exceptionnelles nécessitant une consultation juridique.

Circonstances exceptionnelles

Le ministre de la Justice du Manitoba avait par la suite demandé l'avis juridique de procureurs de la Couronne en Saskatchewan qui devaient fournir des recommandations directement au Service de police de Winnipeg.

Le gouvernement du Manitoba avait de son côté justifié la consultation juridique avec la Saskatchewan en soutenant aussi l'argument des circonstances exceptionnelles.

« Envoyer l'enquête à l'extérieur de la province pour qu'elle soit étudiée est un gage d'indépendance quant aux conclusions et aux recommandations tirées », soutenait alors le gouvernement par voie de communiqué.

La police a finalement reçu les recommandations lundi et en a informé la population mardi.

Réactions

Le cousin de Brian Sinclair soutient que tout avancement dans l'enquête est un élément positif.

Il croit que des accusations pourraient éventuellement être portées, sans quoi la police n'aurait pas demandé l'avis des procureurs.

Une enquête d'un comité chargé de faire la lumière sur les circonstances entourant la mort de Brian Sinclair aura lieu, mais elle a été retardée par l'enquête criminelle. L'enquête ne sera pas filmée, puisqu'un juge a statué en mars 2010 en faveur de l'opposition exprimée par la province, l'Office régional de la santé de Winnipeg et le syndicat des infirmières du Manitoba.

« J'espère que je retrouverai la paix quand la vérité sera trouvée », ajoute-t-il.

L'action en justice de 1,6 million de dollars, déposée en 2010 par la famille du défunt à la Cour du Banc de la Reine du Manitoba, a été rejetée en grande partie en mars dernier.

La famille Sinclair avait alors l'intention d'en appeler.