Justice - Le jury déclare Jeremy Botelho non coupable d'homicide

Les jurés du procès de Jeremy Botelho, une ancienne vedette du football universitaire manitobain accusé d'homicide involontaire, ont terminé leurs délibérations mardi après-midi. Ils ont déclaré l'accusé non coupable.

L'ancien joueur des Bisons de l'Université du Manitoba, avait plaidé non coupable à des accusations d'homicide involontaire dans la mort de Kelly Clay, le 18 avril 2010, dans un bar de Winnipeg.

Ce dernier, qui était également un athlète, a été retrouvé avec des blessures à la tête au bar de l'Hôtel Nor Villa, situé sur l'axe routier Henderson, dans le quartier de North Kildonan. Il a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Au cours du procès, qui a commencé le 22 mai dans la capitale manitobaine, les procureurs de la Couronne ont argumenté que M. Botelho avait donné un coup de poing à la tête à M. Clay, qui est ensuite tombé et s'est cogné la tête contre le sol.

Témoignages

Jeremy Botelho a témoigné la semaine dernière que M. Clay avait provoqué la confrontation, possiblement en raison d'une mésentente survenue plus tôt cette nuit-là au bar.

Il a indiqué à la cour que Kelly Clay s'était énervé et lui avait donné un coup de poing et qu'il avait répliqué afin de se protéger.

Dans sa plaidoirie finale lundi, l'avocat de la défense, Ryan Raulston, a indiqué au jury que M. Clay n'avait pas agi de manière rationnelle cette nuit-là.

Il a souligné que le médecin légiste avait témoigné que des traces de marijuana, de cocaïne, d'oxycontin et d'alcool avaient été décelées dans l'organisme de Kelly Clay.

« Kelly Clay est venu sur la piste de danse pour confronter Jeremy Botelho », a raconté Me Raulston à la cour.

Les procureurs de la Couronne ont pour leur part indiqué que M. Botelho en avait après le plus petit et le plus jeune Kelly Clay pour impressionner ses amis.

Plus tôt au cours du procès, des amis de la victime ont témoigné que l'accusé était à l'origine de la confrontation en donnant un petit coup à Kelly Clay.

Lors du contre-interrogatoire de Jeremy Botelho, le procureur de la Couronne Mark Kantor a indiqué que l'accusé aurait pu quitter le bar et éviter la bagarre.