Politique québécoise - Le congrès de fondation de la CAQ aura lieu les 20 et 21 avril à Victoriaville

Le congrès de fondation de la Coalition avenir Québec (CAQ) aura lieu les 20 et 21 avril à Victoriaville, a annoncé mercredi François Legault. D'ici là, le chef du nouveau parti politique effectuera une tournée provinciale d'au moins six semaines.

M. Legault a expliqué que la date du congrès a été choisie parce que le premier ministre Jean Charest a récemment déclaré qu'il n'y aurait pas d'élection avant le 21 avril, date à laquelle se termine le Salon Plan Nord.

La CAQ, a-t-il dit, veut donc profiter de tout le temps imparti pour préparer son programme. M. Legault se dit néanmoins « convaincu » que le premier ministre va déclencher des élections ce printemps pour éviter d'avoir à le faire pendant que les travaux de la commission Charbonneau sur l'industrie de la construction battront leur plein.

Au cours des prochaines semaines, le chef de la CAQ se rendra dans différentes régions du Québec pour parler avec les citoyens des six thèmes de prédilection de sa formation : l'éducation, la santé, l'économie et les finances publiques, la culture et l'immigration, les régions et le développement durable.

M. Legault affirme que cette tournée lui permettra de solliciter l'opinion des citoyens sur les propositions de la CAQ. Ces commentaires seront pris en compte, dit-il, dans les débats qui précéderont l'adoption du programme au congrès d'avril.

Des candidats présentés dès dimanche

Le chef de la CAQ compte profiter de sa tournée du Québec pour annoncer les noms de candidats qui défendront les couleurs de sa formation. Des candidats qui brigueront les suffrages dans la région de Montréal seront d'ailleurs présentés à la presse dès dimanche.

La présidente du parti, Dominique Anglade, a pour sa part annoncé que la composition de la commission politique du parti, qui sera chargée de préparer le programme électoral, sera annoncée à la fin du mois de mars.

Mme Anglade a aussi annoncé que la Coalition avenir Québec avait lancé un nouveau site Internet afin d'établir un dialogue avec la population québécoise.

Haro sur le ministre Bolduc

François Legault s'est par ailleurs immiscé dans la guerre de mots que se livrent le ministre de la Santé Yves Bolduc et le président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Gaétan Barrette, au sujet des listes d'attente pour certaines chirurgies.

Le chef de la CAQ a estimé que le ministre Bolduc a tenu des propos « très graves », en alléguant que des chirurgiens poussaient leurs patients à se faire opérer dans leur clinique privée pour faire plus d'argent.

« C'est tellement grave que M. Bolduc a peut-être oublié que c'est lui le ministre de la Santé. C'est à lui de mettre sur la table le nom de ces médecins, c'est à lui à intervenir », a-t-il fait valoir.

François Legault dit croire que le Dr Barrette « dit tout haut ce que bien des gens pensent, à savoir qu'il y a de sérieux problèmes d'organisation dans le réseau de la santé, que les hôpitaux n'utilisent pas de façon optimale les équipements qu'ils ont ».

Interrogé sur la possibilité que le Dr Barrette se présente pour la CAQ, M. Legault a répondu qu'il n'y avait « pas d'entente » à ce sujet, mais qu'il était content que le président de la FMSQ « appuie les propositions » de la CAQ.

Pas de dissensions internes, dit Legault

Le chef de la CAQ a par ailleurs dit qu'il s'est expliqué avec le député François Rebello, qui y est allé récemment de quelques commentaires qui ont soulevé la controverse. Il a notamment déclaré que les Québécois devraient être limités à un seul véhicule pour réduire la pollution atmosphérique.

Selon lui, François Rebello, qui est porte-parole de la CAQ en matière de développement économique et de développement durable, devrait travailler sur des propositions en la matière au cours des prochaines semaines.

Il dément que son parti soit aux prises avec des dissensions internes. « Ce qu'il y a à faire en éducation, en santé et en économie, les neuf députés sont exactement sur la même longueur d'onde », a-t-il dit.

« Quand on sortira notre programme sur le développement durable, ce sera la même chose. Tant qu'on ne l'aura pas établi, ce qu'on a convenu, c'est qu'on va se taire » a précisé François Legault.