Politique - Allégations de favoritisme : Christian Paradis pourrait recourir à la justice

Le ministre fédéral de l'Industrie, Christian Paradis, a affirmé lundi qu'il considérait actuellement toutes ses options, y compris sur le plan judiciaire, pour répondre aux allégations concernant son rôle dans le déménagement d'un centre d'assurance-emploi dans sa circonscription de Mégantic-L'Érable.

M. Paradis soutient que le nouvel emplacement du centre a été choisi par le biais d'un mécanisme public, et se dit outré qu'on le soupçonne d'être intervenu dans le dossier.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a demandé à la commissaire fédérale à l'éthique, Mary Dawson, d'ouvrir une enquête. L'opposition officielle a déclaré que le centre, qui se trouvait dans la circonscription Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, représentée par le député néo-démocrate Guy Caron, avait été déplacé sans raison.

Le nouveau centre d'assurance-emploi sera situé dans la circonscription de Christian Paradis à Thetford Mines, l'une des rares à avoir été remportées par les conservateurs au Québec lors des dernières élections générales en mai 2011.

La semaine dernière, La Presse avait rapporté que le centre louerait des bureaux dans un édifice appartenant à Ghislain Dionne, un homme d'affaires qui est associé avec le père du ministre de l'Industrie, au sein du cabinet d'avocats Paradis-Dionne.

Il s'agit du même cabinet pour lequel avait travaillé M. Paradis avant d'entrer en politique.

« Ces allégations sont complètement farfelues », a lancé lundi le lieutenant de Stephen Harper au Québec, en marge d'une conférence de presse sur l'industrie aérospatiale canadienne à Longueuil.

« Les faits sont publics. Il y a un centre de Service Canada à Thetford Mines depuis 2007. Il y a eu un processus juste, ouvert et transparent durant lequel une compagnie à numéro a obtenu le contrat. Maintenant, le NPD essaie de lier ça avec la décision prise en 2011 de consolider 100 centres d'assurance-emploi en 22, pour laquelle Thetford Mines a été choisie », a-t-il ajouté, accusant au passage l'opposition officielle de faire preuve d'amateurisme dans cette histoire.

« Je n'accepte pas ça et j'envisage maintenant toutes les possibilités, notamment sur le plan légal. C'est très sérieux. »