Palourdes - Une entrepreneure dénonce la lenteur d'une inspection

La propriétaire d'une usine de transformation de poroduits marins du Nouveau-Brunswick dénonce ce qu'elle qualifie d'un « abus de pouvoir » de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Marie Légère, de St. Thomas Fish Market, dans la région de Bouctouche, doit détruire vendredi, 1150 kg de palourdes. Celles-ci devaient être mises en conserve au courant de la semaine. « C'est un produit qui est ici depuis lundi. Mon produit devait être fait mardi, pas vendredi », soutient-elle.

Selon Mme Légère, les retards causés par une inspection qui a débuté il y a quelques semaines mettent en péril son usine et l'emploi de 40 personnes.

« Cela fait cinq semaines que [les inspecteurs] sont ici. Ils sont dans nos papiers, dans nos jambes, partout, dit-elle. Mais nous n'avons encore reçu aucun rapport. »

Marie Légère craint de ne pas pouvoir commencer la mise en conserve de homards du Nouveau-Brunswick si l'inspection n'est pas terminée la semaine prochaine.

La saison de pêche au homard commence le 9 août.