- Le père d'une fillette morte après avoir bu de la méthadone est condamné à deux ans de prison

Le Néo-Brunswickois Anthony Michael Linfield, père d'une fillette morte après avoir avalé de la méthadone, a reçu sa sentence, lundi, au palais de justice de Moncton.

Linfield est condamné à passer deux ans derrière les barreaux. Il avait plaidé coupable, le 10 janvier dernier, à une accusation de négligence criminelle dans cette affaire.

Il avait aussi été accusé d'homicide involontaire et de manquement au devoir de fournir le nécessaire à l'existence. Ces deux accusations ont toutefois été retirées quand il s'est reconnu coupable de négligence criminelle.

Le 8 janvier 2010, les services d'urgence ont été appelés au domicile familial, à Havelock, parce que Dakota Linfield, la fillette de 23 mois, avait bu de la méthadone oubliée dans un verre. Il a été déterminé par la suite qu'elle avait avalé ce produit au cours des 24 heures précédentes.

La petite a été transportée d'urgence à l'hôpital de Moncton. On l'a ensuite emmenée en hélicoptère à l'hôpital pour enfants IWK d'Halifax, où elle est morte cinq jours plus tard.

La Couronne et la défense recommandaient unanimement une peine de deux ans de prison. Le juge a accepté. L'avocate de l'accusé, Allison Ménard, estime que la peine est adéquate.

« La jurisprudence dans la matière nous indique que c'est une sentence dans la norme. Puis, je pense qu'on a entendu les commentaires du juge aussi qu'il s'agissait d'une sentence raisonnable dans les circonstances. Donc, je ne pense pas que c'était une sentence trop lourde », explique Me Ménard.

Des lettres d'éloges au sujet d'Anthony Linfield ont été lues en cour, notamment de l'épouse et du fils d'un homme âgé dont il s'occupait.

Selon Allison Ménard, en d'autres temps, Linfield aurait pu obtenir une peine à purger dans la communauté.

« C'est une personne qui aurait eu, disons, quelque temps passé, la chance de purger sa peine dans la communauté. Je pense que ça aurait été une cause pour ça, mais, malheureusement, ce n'est plus une peine qui est permise », indique Allison Ménard.

Après des adieux déchirants à sa conjointe et à ses proches, l'homme de 27 ans a pris la route du pénitencier.

La méthadone est un produit utilisé dans le traitement de certaines toxicomanies. Dans la plupart des cas au Nouveau-Brunswick, les patients doivent se rendre dans une pharmacie pour obtenir leur dose et ils doivent la consommer sur place devant les pharmaciens.

Des patients dont la condition est jugée stable reçoivent parfois l'autorisation d'emporter des doses de méthadone à leur domicile. Cela leur permet de poursuivre leur traitement, par exemple, lorsqu'ils travaillent à temps plein ou s'ils partent en vacances. Le Nouveau-Brunswick leur impose toutefois une condition. Ils doivent garder ces doses dans un contenant verrouillé.