Étude - Les pétrolières ont une vision négative du Nouveau-Brunswick

L'industrie pétrolière mondiale considère le Nouveau-Brunswick comme l'un des pires endroits au monde pour l'investissement en leur domaine, selon le classement international annuel de l'Institut Fraser.

Dans ce rapport, à l'échelle mondiale, la province est classée au 102e rang sur 147. Elle est aussi classée au dernier rang à l'échelle canadienne.

Ce classement est établi selon plusieurs critères, dont la fiscalité, la réglementation et le climat de travail.

Le gouvernement néo-brunswickois est notamment critiqué parce qu'il propose de percevoir une redevance de 40 % sur des bénéfices excédentaires provenant d'investissements dans les ressources.

Les règles fiscales de la province sont aussi montrées du doigt parce qu'elles peuvent changer à tout moment, ce qui crée de l'incertitude.

Selon l'auteur du rapport, Gerry Angevine, le mauvais classement de la province résulte notamment des débats sur le gaz de schiste, qui secouent le Nouveau-Brunswick. Il explique que la majorité des répondants étaient des acteurs de l'industrie du gaz de schiste, qui se sont dits frustrés par l'application de la réglementation.

Le rapport stipule effectivement que le Nouveau-Brunswick est vu comme le pire endroit au monde pour l'incertitude entourant l'interprétation et la mise en application de ses règlements.

Des mots durs pour Fredericton

Le rapport de l'Institut Fraser cite des représentants d'entreprises pétrolières qui ne mâchent pas leurs mots.

Certains accusent le gouvernement de prendre des décisions qui peuvent mener à la fin des activités d'entreprises. D'autres intervenants qualifient ce gouvernement d'arbitraire et de corrompu.

L'Association canadienne des producteurs pétroliers ne partage pas les conclusions du rapport. Le directeur, Aaron Miller, estime que le gouvernement du Nouveau-Brunswick mène à bien les dossiers qui concernent les ressources naturelles.

Le ministre des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick, Bruce Northrup, a pour sa part refusé d'émettre des commentaires.

La Nouvelle-Écosse est classée au 35e rang dans ce rapport. Terre-Neuve-et-Labrador figure au 47e rang. L'Île-du-Prince-Édouard n'apparaît pas dans le classement.