- Selkirk : des bénévoles ont manifesté contre la fin de Katimavik

Une dizaine de Manitobains ont participé samedi à la journée d'action Katimavik pour protester contre la fin de ce programme qui a permis à des centaines de jeunes de 17 à 21 ans de faire quelques mois de bénévolat dans différentes provinces.

Les manifestants ont contesté de manière symbolique en faisant du bénévolat à Selkirk, à 35 minutes au nord-est de Winnipeg.

La plupart des protestataires sont d'anciens participants du programme. Ils espèrent que le gouvernement fédéral reviendra sur sa décision, dévoilée dans le dernier budget, de cesser de financer l'organisme à but non lucratif.

Des plans bousculés

Les plans de Jordan Labossière, qui comptait participer à Katimavik cette année, sont bousculés. « Je ne me suis pas inscrit à l'université alors maintenant que Katimavik est coupé, je n'ai rien à faire l'année prochaine », se désole-t-il.

Sa mère, Arlene Labossiere, qui a participé au programme qui l'a menée au Québec et à Terre-Neuve dans les années 1980, est déçue que son fils n'ait pas la même chance qu'elle. Elle affirme que ce fut une expérience extraordinaire.

Elle s'inquiète également pour les organismes qui comptent sur les bénévoles de Katimavik pour opérer.

Un mouvement de contestation

Une pétition qui demande au gouvernement de revenir sur sa décision circule présentement et plusieurs rassemblements similaires à celui de Selkirk sont prévus cet été.

En avril, près de 150 personnes ont manifesté à Ottawa.

En mai, une centaine de Canadiens ont jeûné pour s'opposer à l'abolition du programme.

Ils voulaient imiter Jacques Hébert qui avait mené une grève de la faim en 1986 lorsque le programme avait été aboli pour une première fois par le gouvernement conservateur de Brian Mulroney.

Le sénateur s'opposait à la fin du financement fédéral du programme, qui a fini par renaître de ses cendres en 1994, sous les libéraux du premier ministre Jean Chrétien.