Alberta - Santé : Alison Redford promet une enquête publique avant les élections

La première ministre albertaine Alison Redford a promis vendredi que l'enquête publique sur le système de santé serait déclenchée avant les élections du printemps.

Cette enquête aura pour but de faire la lumière sur la culture d'intimidation à l'égard des médecins qui a été confirmée mercredi par le Conseil de la qualité des soins en Alberta.

Elle devra aussi se pencher sur les accusations de favoritisme dans les listes d'attente pour des soins et sur l'ingérence politique dans les soins.

Le rapport du Conseil de la qualité des soins suggérait qu'une enquête publique devrait être évitée, mais ce n'est pas la position du gouvernement conservateur.

La première ministre et chef du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta, Alison Redford, estime au contraire qu'une enquête publique serait un pas important pour améliorer le système de santé.

« L'enquête publique va permettre à tous ceux qui perçoivent des problèmes dans le système de santé de s'exprimer », a-t-elle souhaité vendredi à Calgary. « Nous avons besoin de ce dialogue, surtout que depuis un an, il y a eu de nombreuses allégations sur le système de santé. Des allégations sensationnelles qui n'étaient pas fondées. »

Le Conseil de la qualité des soins a clairement contredit les affirmations du député Raj Sherman auxquels faisait allusion la première ministre, selon lequel des patients sont morts en raison des temps d'attente et des médecins ont été punis ou poussés à quitter la province.

Raj Sherman, un transfuge du Parti progressiste-conservateur de l'Alberta, est depuis septembre 2011 chef de l'opposition officielle libérale.

Le mandat précis de cette enquête publique doit encore être précisé. Le ministre albertain de la santé Fred Horne a promis des détails pour la semaine.

Les libéraux ont dénoncé le fait que cette enquête arrive si tard, alors que l'opposition la réclame depuis près d'un an.