LONDON, Ont. - La mère de Victoria Stafford a déclaré mercredi avoir rencontré à deux reprises la femme reconnue coupable du meurtre prémédité de sa fille avant la mort de la petite.

Tara McDonald a révélé à un jury de London, en Ontario, que son copain et elle avaient illégalement acheté à la mère de Terri-Lynne McClintic de l'OxyContin, un analgésique vendu sous ordonnance en pharmacie mais aussi sous le manteau.

Mme McDonald dit s'être rendue en deux occasions à sa maison et avoir vu une fois McClintic en passant, puis à une deuxième reprise, lorsque la jeune femme de 18 ans semblait «sous l'effet de la drogue», et n'a sans doute pas remarqué qu'elle était là.

La mère a témoigné mercredi au procès de Michael Rafferty, copain de McClintic lorsque la jeune Victoria a disparu, qui a plaidé non coupable à l'accusation de meurtre prémédité et à d'autres accusations relativement au décès de la fillette de huit ans.

Maintenant âgée de 21 ans, McClintic a plaidé coupable en avril 2010.

Mme McDonald a expliqué à la cour que la mère de Terri-Lynne McClintic et elle avaient parlé de faire accoupler leur chien, mais que McClintic n'avait jamais rencontré la petite Victoria.

Mme McDonald et son conjoint avaient été invités à entrer dans une chambre et s'étaient assis sur le bord d'un matelas, la seule chose s'approchant d'un meuble dans la pièce, a-t-elle soutenu.

«Nous nous sommes assis et nous avons commencé à discuter de nos chiens, et puis Terri-Lynne est entrée», a relaté Mme McDonald. «Elle était partie utiliser un téléphone public. Elle a remis un message à sa mère et puis s'est assise. Elle était... très, très défoncée et je ne suis pas sûre qu'elle ait même remarqué notre présence.»

Mme McDonald a confié qu'au moment de la disparition de sa fille, elle était dépendante de l'OxyContin et en avait consommé en début d'après-midi cette journée-là, mais qu'elle avait désormais cessé de prendre cette drogue et de la méthadone depuis six mois.

Plus tôt, mercredi, le jury a eu un aperçu des moyens importants qui ont été déployés pour retrouver l'élève de troisième année, puis pour résoudre le mystère de sa mort.

Entre la disparition de la fillette près de son école de Woodstock, en Ontario, en avril 2009, et le procès en cours, l'enquête a mobilisé plus de 900 policiers et des milliers de preuves, a dit au tribunal un enquêteur de la Police provinciale de l'Ontario.

Selon ce qui a été présenté en cour, deux éléments ont été trouvés dans une chambre de la demeure des McClintic portant le numéro de téléphone des McDonald — l'une des inscriptions émanant de la mère de Victoria Stafford, et l'autre non, selon la dame.

Mme McDonald a décidé qu'elle ne souhaitait pas faire accoupler son chien, et bien que Carol McClintic en ait été choqué, son copain James Goris a continué d'acheter de l'OxyContin auprès d'elle. Mme McDonald n'est pas retournée à la demeure des McClintic après cet épisode.

Terri-Lynne McClintic doit témoigner au procès de Michael Rafferty mardi prochain, a indiqué le juge de la Cour supérieure Thomas Heeney au jury.

En contre-interrogatoire, Mme McDonald a soutenu que jamais sa fille ne serait partie avec un étranger.

En se préparant pour l'école ce jour-là, Victoria Stafford était dans un état «anormalement joyeux», a-t-elle affirmé.