Politique - Le ministre Kenney s'excuse d'avoir injurié le vice premier ministre albertain

Le ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney, s'est excusé auprès du vice premier ministre albertain pour l'avoir traité de «  complete and utter asshole  » (parfait trou de cul), dans un courriel envoyé à ses collègues du caucus albertain.

En Chambre des communes, le ministre Kenney n'avait pas voulu répondre aux questions soulevées par rapport à ce courriel. Il n'avait pas non plus voulu s'excuser pour ses propos.

Un porte-parole de M. Kenney, Alexis Pavlich, a confirmé que ce dernier s'était excusé auprès du vice premier ministre albertain, Thomas Lukaszuk, en fin de journée.

« Le ministre a parlé avec le ministre Lukaszuk pour s'excuser de son courriel et a souligné qu'il espère qu'une relation de travail positive demeurera entre le gouvernement fédéral et celui de l'Alberta », a dit M. Pavlich.

Le courriel envoyé

La controverse a débuté la semaine dernière, lorsque M. Kenney a envoyé un courriel pour répondre au député conservateur fédéral Blaine Calkins, le président du caucus albertain.

L'assistant de M. Calkins avait demandé par courriel si un député conservateur albertain comptait organiser un dîner ou un souper pour souligner la visite de M. Lukaszuk à Ottawa, jeudi.

M. Kenney s'y est opposé.

Le ministre Kenney avait nié

Le ministre Kenney avait nié avoir envoyé le courriel à M. Lukaszuk, lors d'une entrevue à la radio de CBC, mardi matin.

« Je ne lui ai pas envoyé une réponse par courriel et je ne commente pas les messages envoyés à l'interne », avait affirmé M. Kenney.

Le courriel aurait été reçu par les collègues fédéraux de M. Lukaszuk et leurs employés.

Ce dernier a refusé de commenter la situation.

Plusieurs membres du gouvernement conservateur fédéral militaient en faveur du Parti du Wildrose, durant les élections d'avril 2012.

De plus, l'ancienne attachée de presse de M. Kenney avait cessé de travailler pour lui afin d'occuper un poste au sein du Wildrose, lors des élections. Elle avait d'ailleurs déjà travaillé avec ce parti albertain dans le passé.

L'attitude de M. Kenney a choqué l'opposition. Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a raconté à la blague qu'il avait lui-même rencontré M. Lukaszuk et que ce dernier était « un parfait [...] gentleman. »

Les réactions à la Chambre des communes

L'attitude de M. Kenney a choqué l'opposition. Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a raconté à la blague qu'il avait lui-même rencontré M. Lukaszuk et que ce dernier était « un parfait [...] gentleman. »

Pour le chef libéral intérimaire, Bob Rae, l'affaire illustre bien la tension grandissante entre le Parti conservateur du Canada et celui de l'Alberta, alors que plusieurs membres du caucus fédéral ont soutenu la formation plus à droite du Wildrose au dernier scrutin de la province.

« C'est évidemment une relation très troublée. [...] Mais ce n'est pas une excuse pour un nivellement vers ce genre d'insulte », a-t-il noté.

Quant au chef bloquiste Daniel Paillé, il estime que les propos de M. Kenney démontrent à quel point le gouvernement conservateur est « arrogant. »