Politique - Le Commissaire de la GRC agacé par une fuite au sujet d'un conflit interne

Le Commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dit en avoir assez des policiers qui lavent leur linge sale en public. Cette semaine, un reportage de Radio-Canada révélait des conflits au sein de l'escouade responsable de la sécurité du premier ministre Stephen Harper.

Les allégations se retrouvent dans un rapport d'évaluation interne de la GRC, dont Radio-Canada a obtenu copie. Le document révèle, entre autres, que des agents de la GRC, qui font partie du peloton de protection du premier ministre, se sont plaints de harcèlement et d'intimidation de la part de leur supérieur.

En entrevue au réseau anglais de Radio-Canada, le Commissaire de la GRC, Bob Paulson, s'est dit agacé par cette fuite qu'il qualifie d'illégale. Selon lui, il y a présentement une tendance à la GRC à étaler le moindre problème sur la place publique.

Le Commissaire reconnaît, par contre, que certains agents n'ont peut-être pas confiance aux procédures internes pour régler les conflits.

Dans ce document, certains policiers accusent le patron de l'escouade de protection du premier ministre, le Surintendant Bruno Saccomani, d'avoir instauré un climat de peur.

Plusieurs proches du premier ministre se sont portés à la défense de Monsieur Saccomani cette semaine. Ils ont toutefois fait peu de commentaires sur les agents qui se disent victimes de harcèlement.

En entrevue à la CBC, le Commissaire de la GRC a lui aussi vanté les mérites de son employé.

D'après un reportage de Brigitte Bureau