Plan Nord - Côte-Nord : 200 millions pour les infrastructures du territoire du Plan Nord

Le premier ministre Jean Charest annonce une aide de 200 millions de dollars pour soutenir le développement d'infrastructures dans les villes situées sur le territoire du Plan Nord.

Le premier ministre a fait cette annonce à Fermont, en compagnie du ministre des Ressources naturelles, Clément Gignac, et du ministre responsable de la Côte-Nord, Serge Simard. Plusieurs élus de la Côte-Nord, dont les maires de Sept-Îles, de Port-Cartier et de Fermont étaient présents.

Le gouvernement doit injecter 200 millions de dollars dans le Programme d'infrastructures Québec-Municipalités. Ces sommes seront réservées aux projets municipaux de développement jugés prioritaires et associés au Plan Nord.

Québec compte soutenir les villes pour le remplacement, le maintien ou encore la modernisation d'infrastructures comme les équipements d'assainissement des eaux ou la voirie.

Québec assure que les municipalités profiteront de ressources humaines pour répondre à leurs besoins de façon rapide. Le ministre Serge Simard a d'ailleurs indiqué que les municipalités seront ainsi « mieux préparées à prendre part pleinement à la mise en oeuvre du Plan Nord ».

Une aide attendue

Les élus de plusieurs villes, comme celle de Fermont, avaient réclamé maintes fois l'aide de Québec pour faire face au boom minier associé au Plan Nord. L'arrivée massive de travailleurs représente un défi difficile à gérer pour certaines municipalités.

La mairesse de Fermont, Lise Pelletier s'est dite satisfaite de l'annonce. « Alors que nous vivons au rythme du Plan Nord depuis plus d'un an déjà, des besoins en infrastructures de toutes sortes se font sentir. Ce sont tous des besoins essentiels pour assurer le développement durable de notre ville », a souligné Lise Pelletier.

La mairesse y voit la preuve que le gouvernement considère les projets d'infrastructures municipales des villes du Plan Nord prioritaires et qu'il reconnaît ainsi « l'urgence d'agir ».

En développant leurs infrastructures, plusieurs municipalités veulent contrer le phénomène du « fly in fly out », pour inciter les travailleurs à s'établir définitivement dans le nord. Près de 3000 personnes résident à Fermont de façon permanente. La Ville compte toutefois presque autant de travailleurs qui n'y demeurent que pour leur période de travail, ce qui rend plus difficile le développement de la communauté à long terme.

Une tournée à saveur préélectorale

Le premier ministre est arrivé en Minganie en fin de journée. Il a l'intention de visiter le chantier du barrage hydroélectrique de La Romaine mercredi.

Jean Charest, qui avait pourtant dit à la fin de la dernière session parlementaire que « juillet, c'est fait pour se reposer », va ensuite se rendre en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Il s'est toutefois défendu de faire une tournée préélectorale. « Il nous reste 16 mois dans le mandat actuel », a-t-il indiqué.

Des militants en Minganie

Un groupe de citoyens de la Mauricie et du Centre-du-Québec a par ailleurs l'intention de profiter du passage du premier ministre en Minganie pour marquer son opposition au développement de l'industrie uranifère sur le territoire du Plan Nord.

Le groupe rappelle que la MRC de la Minganie a adopté en 2011 une résolution interdisant toute activité uranifère sur une bande de 50 kilomètres longeant la côte. La compagnie Uracan a suspendu ses activités de prospection au nord de Baie-Johan-Beetz.

La porte-parole du groupe de citoyens, Monique Meunier, souhaite que le premier ministre prenne rapidement position en faveur d'un moratoire sur l'uranium et la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2.