Élections au Québec - Les partis réchauffent leurs machines électorales

À deux jours du déclenchement pressenti d'une élection générale au Québec, les ministres du Cabinet Charest multiplient les annonces, les événements publics et les conférences de presse.

Plusieurs annonces devaient en effet être effectuées lundi, notamment par le ministre de la Santé, Yves Bolduc, le ministre des Transports, Pierre Moreau, et le ministre du Développement durable, Pierre Arcand.

La ministre de la Famille, Yolande James, a pour sa part lancé lundi une initiative pour soutenir les parents lors de congés scolaires.

Le premier ministre Jean Charest, quant à lui, a présenté son équipe de candidats pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean en soirée à Chicoutimi. Il a profité de l'occasion pour galvaniser ses troupes et prononcer un discours à saveur électoral.

S'il refuse de confirmer le déclenchement d'une élection dès mercredi, le directeur général du Parti libéral du Québec, Karl Blackburn, a cependant admis lundi matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada que son parti se préparait sérieusement.

François Legault présente sa solution au conflit étudiant

C'est le cas notamment de Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault, qui a convoqué les médias lundi matin à l'Université de Montréal.

François Legault y a présenté sa version d'un compromis destiné à régler le conflit qui perdure depuis des mois entre Québec et les mouvements étudiants sur l'augmentation des droits de scolarité.

« Notre objectif est d'avoir une rentrée paisible pour que tous les étudiants puissent étudier d'une façon harmonieuse », a déclaré François Legault aux journalistes.

Pour trouver les sommes qui permettraient de réduire l'augmentation des droits de scolarité que rejettent les mouvements étudiants, François Legault a proposé de réduire le crédit d'impôt provincial sur les frais de scolarité afin de dégager une partie des sommes dont Québec a besoin pour financer l'éducation.

Un compromis qui, selon lui, permettra d'atténuer sensiblement l'augmentation prévue par le gouvernement Charest tout en évitant de geler les droits de scolarité.

Quant aux rumeurs voulant que l'ex-journaliste de TVA Jocelyne Cazin se présente sous les couleurs de la CAQ aux prochaines élections, François Legault n'a rien voulu nier, mais s'est abstenu de confirmer quoi que ce soit.

« Écoutez, on aura des nouveaux candidats qui seront annoncés cette semaine. On les annoncera lorsqu'on les annoncera. Je n'ai pas de nouvelle, pas de scoop [sic] ni rien à vous confirmer aujourd'hui », s'est-il contenté de répondre à notre journaliste, tout en affichant un large sourire.

Sur sa page Facebook, Jocelyne Cazin a quant à elle confirmé être en réflexion. « Merci pour vos encouragements, je suis en grande période de réflexion. La politique est-elle le bon véhicule pour Jocelyne Cazin? », a-t-elle demandé.

Le PQ parle de sa stratégie référendaire

Au Parti québécois, le député de Bernard Drainville préparait le terrain lundi dans The Globe and Mail à l'élection éventuelle d'un gouvernement péquiste au Québec. Dans une entrevue accordée au quotidien torontois, le député de Marie-Victorin a exposé la stratégie de son parti pour relancer la ferveur souverainiste au Québec au lendemain de l'élection d'un gouvernement du PQ.

Selon le député péquiste cité par The Globe and Mail , s'il était élu, le Parti québécois ferait une série de requêtes financières et constitutionnelles au gouvernement fédéral afin d'acquérir plus d'autonomie et de fonds du fédéral.

Selon la stratégie exposée par M. Drainville, si le Québec obtient ce qu'il demande, il en ressortira plus fort et plus autonome, alors que s'il essuie un refus d'Ottawa, cela ne fera que démontrer une fois de plus que le Québec ne peut s'épanouir au sein du Canada.