Somalie: adoption d'une nouvelle constitution perturbée par deux attentats-suicide

Farah Abdi Warsameh / The Associated Press

MOGADISHU, Somalia - MOGADISCIO (Sipa) — La Somalie s'est dotée mercredi d'une nouvelle constitution, instaurant de nouveaux droits individuels, alors que deux kamikazes s'étaient fait exploser à Mogadiscio, aux portes du lieu accueillant l'assemblée constituante.

Au terme d'une semaine de débats, les 825 membres de l'Assemblée ont adopté par 621 voix pour, 13 contre et 11 abstentions la nouvelle constitution qui affirme que la loi islamique, la chariah, est la base légale de la Somalie, et qu'aucune autre religion que l'islam ne peut être propagée dans le pays.

Ce texte, en préparation depuis huit ans, protège le droit à l'avortement en cas de danger pour la vie de la mère et interdit l'excision, une pratique répandue en Somalie.

Le représentant de l'ONU en Somalie, Augustine Mahiga, a salué cette étape, même si le pays en proie à un conflit civil depuis des années ne connaît pas de gouvernement ou de représentation stable capable de l'appliquer dans l'immédait.

"A travers leur travail, les représentants se sont montrés de gardiens de la nation somalienne à la hauteur de leur réputation, et ont démontré leur respect envers un processus juste et légitime", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre Abdiweli Mohamed Ali a estimé que ce vote signifie que la Somalie est arrivée au terme de la période du gouvernement de transition. Le mandat de l'ONU pour le gouvernement fédéral de transition (TFG) s'achève le 20 août prochain.

Ce vote est intervenu deux heures après un double attentats commis par deux kamikazes. Seul un soldat a été blessé dans les explosions et les deux kamikazes tués, selon le policier Abdi Yassin.

Le ministre de l'Intérieur Abdisamad Mohamud a précisé que les deux assaillants possédaient de fausses cartes d'identité et ont refusé d'être contrôlés par les forces de sécurité, soulevant le doute. "Ils ont envoyé deux poseurs de bombes sur les lieux de l'Assemblée, mais nos forces héroïques ont déjoué leur plan et les ont abattus", a-t-il ajouté.

Selon Abdi Yassin, les deux assaillants ont été stoppés aux portes de l'Assemblée par les forces de sécurité, qui leur ont tiré dessus. La fusillade aurait déclenché les vestes d'explosifs des kamikazes.

ljg/AP-v338