- Russie : trois ans de prison requis contre les Pussy Riot

Dans un sévère réquisitoire devant le tribunal de Moscou, le procureur a requis trois ans prison contre les trois chanteuses du groupe punk Pussy Riot.

« Le geste des prévenues montre clairement une haine et une hostilité envers la religion », a déclaré le procureur Alexeï Nikiforov.

Le procureur les a aussi accusées de « s'être livrées à une provocation soigneusement planifiée » et de « s'opposer au monde orthodoxe ».

Le 21 février dernier, les jeunes femmes du groupe avaient occupé avec leurs instruments de musique la cathédrale orthodoxe du Christ-Sauveur de Moscou et prié pour le départ du président Vladimir Poutine. Leur « prière punk » dénonçait également le soutien de l'Église orthodoxe à l'état.

En détention depuis cinq mois, Maria Aliokhina, 24 ans, Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, et Iekaterina Samoutsevitch, 29 ans, risquent jusqu'à sept ans de prison pour leur geste.

Leur prestation a provoqué la colère de l'influente Église orthodoxe russe et du Kremlin.

La militante pour les droits de l'homme Lioudmila Alexeeva a estimé mardi que le réquisitoire du procureur était « une honte, qui sera une honte pour la Russie et toute l'Église orthodoxe si les prévenues ne sont pas libérées ».

Le président Vladimir Poutine avait estimé jeudi qu'il n'y avait « rien de bon » dans ce que les jeunes femmes avaient fait, mais il avait semblé plaider pour une certaine indulgence envers elles.

« Je ne pense pas qu'elles doivent être jugées trop sévèrement pour ce qu'elles ont fait », avait-il déclaré.

Le procès critiqué

Le procès des trois jeunes femmes est critiqué en Russie.

« Tout va très vite, nous voyons bien que la vérité n'intéresse personne », a déclaré l'avocat de la défense Nikolaï Polozov en marge de l'audience.

L'avocat Nikolaï Polozov a comparé les audiences du tribunal aux procès de l'époque stalinienne en référence à leur côté expéditifs.

Les avocats du groupe dénoncent également le fait que les audiences se terminent tard, alors que les accusées sont réveillées tôt dans leur cellule.

Par ailleurs, la juge a qualifié la demande de l'avocate de citer un expert comme témoin de perte de temps.

La juge a refusé à la défense la citation de l'avocat Alexeï Navalny, l'un des principaux opposants à Vladimir Poutine. Mais elle a insisté pour entendre des témoins de l'accusation, comme Oleg Ougrik, un membre de la jeunesse orthodoxe.

Soutien national et international

Des personnalités russes et étrangères ont pris la défense des Pussy Riot.

Madonna qui doit chanter à Moscou et à Saint-Pétersbourg a apporté son appui au groupe.

Douze musiciens britanniques de renom, parmi lesquels Pete Townshend et les Pet Shop Boys, ont publié la semaine dernière dans le Times une pétition en faveur des trois femmes.

Auparavant, des vedettes comme le chanteur du groupe de rock américain Red Hot Chili Peppers, Anthony Kiedis, et le chanteur britannique Sting avaient déjà exprimé leur soutien ainsi que l'acteur Danny DeVito.

Radio-Canada.ca avec AFP et Reuters