- Paris veut aider les rebelles syriens avec des moyens de communication

La France envisage de fournir aux rebelles syriens des moyens de communication qui les aideraient à prendre le dessus sur les forces du régime de Bachar Al-Assad, selon le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Le ministre français, qui estime que la rébellion gagne des soutiens dans la population syrienne, affirme que « des groupes entiers très importants de la population, qui au départ, n'étaient pas nécessairement hostiles à Bachar le deviennent maintenant ».

C'est la première fois qu'un responsable français envisage publiquement une aide matérielle à la rébellion armée contre le régime de Damas.

Cacophonie entre Paris et Moscou

Laurent Fabius a également déclaré vendredi que des discussions étaient en cours avec la Russie, très proche alliée de la Syrie, pour préparer l'après-Bachar Al-Assad.

« Les Russes eux-mêmes ne sont pas aujourd'hui attachés à la personne de Bachar Al-Assad, ils voient bien que c'est un tyran et un assassin et qu'eux-mêmes en s'enchaînant à ce dictateur vont s'affaiblir » a indiqué le chef de la diplomatie française.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, n'a pas tardé à nier toute discussion sur l'après-Bachar Al-Assad.

« De telles discussions n'ont pas eu lieu et ne peuvent avoir lieu. Cela est en totale contradiction avec notre position », a déclaré Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse.

Jeudi, des dizaines de personnes auraient été tuées dans des assauts et des bombardements de l'armée. Selon un nouveau rapport d'Amnistie Internationale, la Syrie commet des crimes contre l'humanité au nom de la raison d'État pour se venger des communautés soupçonnées de soutenir les insurgés.

L'ONG aurait des preuves que des victimes, y compris des enfants, ont été tuées par des soldats qui, dans certains cas, ont brûlé leurs cadavres

Des représentants de différents groupes de l'opposition syrienne ont entamé vendredi à Istanbul une réunion de deux jours visant à « l'unification » de leur vision alors que la Syrie s'enfonce, selon un responsable de l'ONU, dans la guerre civile.

Radio-Canada.ca avec AFP