- L'ONU met fin à sa mission d'observation en Syrie

Le Conseil de sécurité de l'ONU met fin à la mission de ses observateurs en Syrie, a annoncé jeudi l'ambassadeur français aux Nations unies, Gérard Araud.

La mission d'observation se terminera donc dimanche à minuit et les derniers observateurs quitteront le terrain le 24 août.

Selon M. Araud, qui préside le Conseil de sécurité pour le mois d'août au nom de la France, les conditions n'étaient pas remplies pour poursuivre la mission, qui comptait 300 observateurs non armés. En raison de la violence grandissante en Syrie, la mission avait suspendu l'essentiel de ses activités le 16 juin dernier.

« La situation humanitaire a empiré » en Syrie depuis mars dernier, a déclaré Valerie Amos, secrétaire générale adjointe de l'ONU responsable des affaires humanitaires, à Damas jeudi.

L'ONU conservera toutefois un bureau de liaison politique sur place, qui devrait réunir un groupe de 20 à 30 conseillers militaires et experts en humanitaire, en déminage ou en droits de l'homme.

La Russie, qui dit regretter la décision de mettre un terme à la mission d'observation, a demandé aux grandes puissances, à l'Arabie saoudite et à l'Iran de lancer un appel au gouvernement syrien et à l'opposition pour qu'ils mettent fin à leur conflit.

Rappelons que, dans son rapport rendu public mercredi, la Commission d'enquête de l'ONU a accusé les forces du président syrien Bachar Al-Assad et leurs alliés des milices chabbiha de commettre des crimes contre l'humanité.

Frappes aériennes dans le nord de la Syrie

Des frappes aériennes sur un quartier résidentiel de la ville d'Azaz, dans le nord de la Syrie, auraient fait au moins 40 morts et une centaine de blessés mercredi, selon Human Rights Watch (HRW).

Ces frappes visaient probablement deux bâtiments où l'Armée syrienne libre (ASL) détiendrait du personnel militaire du régime et des membres de la milice progouvernementale chabbiha.

La mission d'observation de l'ONU en Syrie en quelques dates

21 mars : Le Conseil de sécurité déclare qu'il soutient la mission de Kofi Annan, médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie. Le plan Annan prévoit un cessez-le-feu qui ne sera jamais respecté sur le terrain.

14 avril : Après deux vetos et de longues tractations, la Chine et la Russie donnent finalement leur accord à une résolution autorisant l'envoi de 30 observateurs pour surveiller la trêve en Syrie.

21 avril : 300 observateurs sont envoyés en Syrie.

16 juin : Les observateurs de l'ONU suspendent leurs opérations, étant donné l'intensification des hostilités.

19 juillet : À l'ONU, la Russie et la Chine apposent leur veto à une résolution occidentale menaçant le régime syrien de sanctions.

25 juillet : La moitié des 300 observateurs ont quitté la Syrie.

2 août : Kofi Annan démissionne de son poste de médiateur estimant n'avoir pas eu le soutien nécessaire à sa mission de la part des grandes puissances.

16 août : L'ONU accuse le régime syrien de crime contre l'humanité.