- Les résultats de la présidentielle égyptienne attendus sous peu

Les Égyptiens retiennent leur souffle. Les résultats de l'élection présidentielle égyptienne seront annoncés sous peu.

L'issue du second tour entre le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, et l'ancien premier ministre de Hosni Moubarak, Ahmad Chafic, devait être connue vers 15 h, heure locale (9 h HAE), selon la commission électorale, mais le processus connaît un retard. Les deux candidats ont revendiqué la victoire.

Rappelons que la commission électorale, qui devait annoncer jeudi les résultats du second tour des 16 et 17 juin, a demandé plus de temps pour examiner les multiples recours présentés par les deux camps. Cette décision a alimenté les accusations de fraudes et de manipulations envers les autorités militaires, au pouvoir depuis la chute de Hosni Moubarak.

Entre temps, des milliers d'Égyptiens étaient toujours rassemblés samedi place Tahrir, dans l'attente des résultats de l'élection.

Les Frères musulmans réclament la publication rapide des résultats et mettent en garde les autorités militaires contre toute manipulation de la « volonté populaire ».

Selon l'organisation, son candidat, Mohammed Morsi, a remporté l'élection présidentielle avec 52 % des suffrages. Il aurait ainsi devancé le dernier premier ministre du régime d'Hosni Moubarak, Ahmad Chafic. Considéré par ses détracteurs comme le « candidat de l'armée », M. Chafic conteste les chiffres des Frères musulmans et revendique la victoire en s'autoproclamant « prochain président ».

Samedi, une coalition de groupes libéraux, impliquée dans les manifestations qui ont mené à la chute du président Moubarak en 2011, s'est aussi rassemblée pour dénoncer ce qu'elle accuse comme un coup de force des Frères musulmans, qui occupent massivement le centre du Caire, rapporte le correspondant de Radio-Canada au Caire, Luc Chartrand. Elle accuse à son tour le candidat Morsi de s'autoproclamer président. Elle reproche aussi aux États-Unis de vouloir s'ingérer dans le processus électoral.

Négociations entre les deux camps

Une source officielle a affirmé à Radio-Canada que les négociations qui se sont tenues ces derniers jours entre les Frères musulmans et l'armée sont arrivées à leur terme et que le vainqueur des élections serait Mohammed Morsi. Les deux factions en seraient aussi arrivées à un accord sur la répartition des pouvoirs entre le nouveau président et l'armée, rapporte Luc Chartrand.

Jeudi soir, le responsable des finances et de la stratégie des Frères musulmans, Khaïrat al-Chater, qui s'entretenait à l'agence Reuters au sujet de ces négociations, confiait que les généraux ont le sentiment que le pouvoir leur appartient et qu'ils n'étaient toujours pas prêts à un véritable compromis.

De son côté, le général Mamdouh Chahine réitérait à Reuters l'engagement de l'armée, qui a fourni tous ses présidents à l'Égypte depuis 1952, en faveur de la transition démocratique.

Il rappelait toutefois que le Conseil suprême des forces armées tenait au décret constitutionnel qui attribue à l'armée le pouvoir législatif dans l'attente de l'entrée en vigueur d'une nouvelle Constitution, dont la rédaction pourrait échoir à une commission nommée par les généraux. Ce texte dépouille en outre le futur chef de l'État de quasiment toute prérogative.

La semaine dernière, le Parlement dominé par les islamistes a été dissous à la suite de la décision de la Haute Cour constitutionnelle qui l'a déclaré illégal. Les Frères musulmans y voyaient un véritable coup d'État.

En filigrane de cette trame politique tendue, l'ancien président Moubarak est à l'article de la mort. Mardi, il a été transféré de l'aile médicalisée de la prison de Tora, dans le sud du Caire, vers l'hôpital militaire de Maadi, à quelques kilomètres de là, après une attaque cérébrale, selon l'agence officielle Mena. Il serait sous respiration artificielle.

Radio-Canada.ca avec AFP et Reuters