L'ancien président algérien Ahmed Ben Bella, le 5 novembre 2001 à Beyrouth au Liban

L'Algérie a pris le deuil jeudi au lendemain de la mort de son premier président Ahmed Ben Bella dont les funérailles nationales doivent marquer l'importance de ce héros de la lutte anticolonialiste, un demi-siècle après l'indépendance.

"L'Adieu à un monument de l'Histoire", comme le soulignait le quotidien francophone El-Watan, a commencé par l'exposition de sa dépouille durant 24 heures au Palais du Peuple d'Alger, demeure ottomane des gouverneurs construite au 18e siècle, pour un hommage de la population algérienne.

La télévision nationale a retransmis en fin de matinée le transfert vers le Palais du Peuple du cercueil de l'ancien dirigeant mort mercredi à son domicile algérois à 95 ans.

Le cercueil, recouvert d'un drapeau vert, a été porté par six officiers supérieurs de l'armée algérienne, et accompagné par les deux filles du défunt, Mehdia et Noria, avant d'être chargé sur un véhicule.

Peu après le départ du corps, le président Bouteflika a quitté le domicile de celui dont il s'était considérablement rapproché après son élection à la tête de l'Etat en 1999, pour suivre le cortège. Au Palais du Peuple, il a été le premier d'une série de personnalités et de militaires à se recueillir devant le cercueil, selon les images de la télévision.

Les deux hommes, qui avaient combattu le colonialisme français, s'étaient retrouvés au sein du même pouvoir indépendant à partir de 1962. Mais moins de trois ans après son accession à la présidence, Ben Bella a été renversé puis emprisonné par son propre compagnon et ministre de la Défense Houari Boumediene, dont Bouteflika était un proche.

Le corps diplomatique étranger est également venu rendre un dernier hommage à Ben Bella, dont le chef de la délégation de l'ONU pour l'observation des élections législatives algériennes du 10 mai, Amara Essy.

Mais peu de badauds, l'homme de la rue n'étant visiblement pas encouragé par le temps pluvieux dans la capitale alors que les mesures de sécurité ont été allégées pour permettre à la population d'entrer dans le palais.

Alilou, la trentaine, jugeait "qu'il a vécu", en se référant à l'âge avancé de Ben Bella à sa mort. Peu d'émotion chez lui tout comme chez ce consultant d'âge mûr pour lequel "l'après-Ben Bella a eu lieu il y a bien longtemps".

-Des funérailles d'envergure pour vendredi-

Ahmed Sekara, 77 ans, officier à la retraite et ancien cadre de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach, tenait à saluer une dernière fois celui qu'il avait "bien connu à Tunis: il avait fait de son mieux pour que l'Algérie obtienne l'indépendance totale de son territoire".

Tous les programmes audiovisuels sont consacrés à ce héros de l'indépendance avec huit jours de deuil national décrétés mercredi soir.

Des funérailles de grande envergure sont prévues vendredi après la prière hebdomadaire de l'après-midi, moment qui rassemble le maximum de fidèles.

Ben Bella sera enterré au grand cimetière algérois d'El Alia, dans le Carré des Martyrs tout près de son ennemi Boumediene.

Le président tunisien Moncef Marzouki a annoncé sa venue, de même que le chef du gouvernement marocain Abdelilah Benkirane, deux pays voisins frontaliers de l'Algérie qui avaient soutenu la lutte anti-coloniale algérienne.

Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances au président Bouteflika, selon l'agence marocaine de presse MAP.

Le roi du Maroc a souligné que la "disparition de ce leader historique n'est pas seulement une perte pour le peuple algérien, mais aussi une perte pour la fraternité maghrébine dans ses racines profondément établies et aussi pour la nation arabe".

Le chef de l'Etat nigérian Goodluck Jonathan a pour sa part salué l'"immense courage, l'audace dans la recherche de la liberté" du président Ben Bella qui lui ont assuré "une place éternelle dans le panthéon des héros de la libération de l'Afrique".

Le 27 septembre 1962, Ahmed Ben Bella était devenu président du conseil national de la Révolution algérienne (CNRA), chef du gouvernement. Elu à la présidence le 15 septembre 1963, puis renversé en 1965, il n'a été libéré qu'en 1980, deux ans après la mort de Boumediene.

Il aura passé au total 24 ans dans les prisons française et algérienne.

Ben Bella était resté actif en politique jusqu'à la fin de sa vie, partageant son temps entre Paris et Alger. Président depuis 2007 de la Commission des Sages Africains, chargée de la prévention et solution des problèmes du continent noir, il avait dirigé une ultime réunion l'an dernier à Alger.

Fin 2010, il avait reçu le socialiste François Hollande, qui a été jeudi le premier homme politique étranger à lui rendre hommage. Dans un communiqué, le candidat du PS à la présidentielle a salué sa mémoire, jugeant qu'il "restera, pour les Français et pour les Algériens, l'un des symboles d'une étape historique décisive de nos deux pays".

Il n'y avait eu jeudi soir encore aucune réaction officielle française à ce décès, le Quai d'Orsay annonçant simplement que son ambassadeur à Alger Xavier Driencourt représenterait son pays, tout comme d'autres ambassadeurs membres de l'UE représenteraient le leur.

© 2012 AFP