Des Cubains passent devant l'église Notre Dame de la Charité, occupée par des dissidents, le 14 mars 2012 à La Havane

Quelques jours avant la visite du Pape Benoît XVI à Cuba, la police a dispersé, dimanche à La Havane, une manifestation d'épouses et de mères de prisonniers politiques et procédé à l'arrestation d'une cinquantaine de dissidents.

Dimanche, la police a dispersé une manifestation des "Dames en blanc" et arrêté une vingtaine de manifestants qui s'étaient écartés de leur parcours habituel.

Quelques heures auparavant, une militante qui accompagnait les "Dames en blanc", a affirmé que 33 autres femmes, dont le leader du groupe, Berta Soler, avaient été arrêtées au moment où elles quittaient le siège de leur organisation pour se rendre à la messe dominicale à l'église de leur paroisse.

"Elles allaient quitter le siège pour participer à la messe et c'est au moment où elles sortaient (du bâtiment) qu'elles ont toutes été arrêtées", a précisé cette militante, Odalys Sanabria.

Les groupes dissidents sont devenus plus actifs à La Havane à l'approche de la visite que le souverain pontife doit effectuer au Mexique et à Cuba, seul Etat des Amériques à avoir un régime communiste, du 26 au 28 mars.

Selon un journaliste de l'AFP, une vingtaine de membres du groupe dissident ont été entourés par des policières en tenue civile à l'extérieur d'un restaurant de l'est de la capitale situé à une dizaine d'immeubles du trajet habituel des manifestations hebdomadaires de la dissidence.

Epaulées par des policiers, les policières ont forcé les manifestants à monter dans des cars de police.

Trois hommes se trouvaient parmi les manifestants arrêtés, dont l'ancien prisonnier politique Angel Moya, époux de Berta Soler.

Jeudi, la police a expulsé 13 autres dissidents qui occupaient une église de La Havane depuis 48 heures pour inviter le Pape à réclamer plus de liberté politique lors de sa visite à Cuba. La police était intervenue à la demande de l'archevêque de La Havane Jaime Ortega.

Le souverain pontife n'a pas l'intention de rencontrer des dissidents, a indiqué le Vatican.

Les Dames en blanc, lauréates du Prix Sakharov de la paix, font pression pour la libération des prisonniers politiques parmi lesquels se trouvent leurs époux ou compagnons.

L'Eglise catholique exerce une médiation entre le régime et les dissidents mais une partie de l'opposition cubaine lui reproche sa coopération avec le régime.

L'Eglise souhaite maintenir son influence sur l'île où moins de 10% de la population se déclare catholique pratiquante.

© 2012 AFP