Wallenda réussit sa traversée des chutes Niagara

Nik Wallenda. Nathan Denette / La Presse Canadienne

NIAGARA FALLS, Ont. - Le funambule Nik Wallenda a réussi son pari: il est devenu vendredi soir la première personne à traverser les chutes Niagara, à la frontière canado-américaine, sur un fil de fer.

Parti du côté américain des chutes, M. Wallenda a conservé son calme tout au long du parcours. Encouragé et conseillé par son père, il a traversé pas à pas le câble d'acier qui passait au-dessus des chutes. Il a même donné une entrevue, soutenant que la vue était incroyable.

A son arrivée en sol canadien il a été accueilli par des milliers de personnes qui l'ont chaudement ovationné et par des douaniers qui lui ont demandé son passeport. «Non, je ne transporte rien avec moi», leur a-t-il répondu à la blague.

Au réseau ABC, qui a télédiffusé l'exploit, le funambule a reconnu être «épuisé» par cet important effort physique.

«La bruine était si épaisse. Le vent me frappait de toutes les directions. Ce fut plus difficile à ce que je m'attendais», a dit M. Wallenda au terme de son parcours. Il a aussi dit qu'il avait eu des difficultés à voir devant lui à cause de cette bruine provenant des chutes.

Déjà, plus de 12 heures avant la traversée, des curieux avaient commencé à se masser près des chutes Niagara.

Équipés de chaises, de parapluies, de collations et d'écran solaire, ils sont arrivés aux aurores afin de s'assurer d'avoir une place de choix.

Muriel Marsh, âgée de 81 ans, a parcouru quelque 120 kilomètres depuis Paris, en Ontario, jeudi soir. Le lendemain matin, à sept heures, elle était déjà installée. La journée promettait d'être chaude et l'attente, interminable. Mais Mme Marsh est convaincue que le jeu en valait la chandelle.

«De voir cet homme marcher sur le fil de fer, je pense que c'est fantastique, très brave et très adroit. C'est une occasion qui ne se représentera pas», a-t-elle dit.

M. Wallenda doit s'élancer du côté américain des chutes vers 22h20, mais Bert Dandy et sa famille sont arrivés à 10 heures, vendredi matin, et ont installé leurs pénates à un endroit que l'homme a qualifié de meilleure place en ville.

Installé sur une chaise de jardin, à quelques mètres de Muriel Marsh, perché sur une petite colline lui permettant d'avoir une vue imprenable sur le fil, Bert Dandy dit s'être fait offrir 20 $ pour chaque place — il en a cinq. Aucune chance, a-t-il dit.

«C'est vraiment l'endroit où tout le monde devrait être. La vue est exceptionnelle, je ne bougerai pour personne», a-t-il tranché.

«J'ai dit à mes enfants 'C'est un événement unique et c'est gratuit'», a lancé Bert Dandy, brandissant une affiche sur laquelle on pouvait lire «Go Nik Go!».

Nik Wallenda doit rejoindre le côté canadien à l'aide d'un fil long de 500 mètres suspendu à 60 mètres au-dessus de l'eau.

D'autres ont traversé le cours d'eau dans le passé, mais au-dessus de la gorge qui se trouve en aval des chutes. La tentative de M. Wallenda sera aussi la première en cent ans.

L'acrobate estime que sa tentative lui coûtera 1,3 million $ — une facture qui comprend la fabrication et l'installation d'un fil de fer conçu sur mesure, les permis, la sécurité, le voyage et la publicité.

Une entente conclue avec le réseau américain ABC lui permettra d'éponger une partie de ces frais. La tentative sera retransmise sur les ondes de CTV au Canada.

La Commission des parcs des chutes du Niagara croit que 120 000 personnes seront rassemblées du côté ontarien des chutes pour assister à l'événement.

M. Wallenda, qui est âgé de 33 ans, est issu d'une longue lignée d'acrobates surnommés les Wallenda Volants, mais son père n'y voit pas de fardeau additionnel.

«Je ne pense pas qu'il ressent la pression. Pour lui c'est très amusant, a dit Terry Troffer lors d'une entrevue. Il est simplement épaté de pouvoir perpétuer la tradition familiale.»

M. Troffer — lui-même un funambule réputé — sera en contact constant avec son fils pendant la traversée, pour l'aider à affronter les conditions humides et venteuses qui prévaudront probablement.

«Je vais simplement essayer de le calmer si jamais une multitude de choses surviennent simultanément, a-t-il expliqué. Simplement les conseils qu'un père prodiguerait à son fils qui a décidé de traverser les chutes Niagara.»

M. Wallenda sera relié au fil de fer par un filin de sécurité — une mesure qui lui a été imposée par ABC et qu'il a acceptée à contrecoeur.