Utah: une ville du Far West est mise en vente

Geoff Liesik / The Associated Press

SALT LAKE CITY - La petite annonce a des airs de publicité vantant une exposition sur l'Ouest américain: une mine d'or désuète, un geyser et un présumé repère de hors-la-loi.

Tout cela se trouve dans une ville fantôme au milieu de nulle part, à quelque 300 kilomètres au sud-est de Salt Lake City, dans l'Utah.

Et quiconque voudra acquérir Woodside devra débourser 3,9 millions $ US.

La ville a déjà abrité environ 300 résidants au début des années 1900, alors que Woodside alimentait en eau des machines à vapeur. Mais la ville s'est vidée de ses habitants, si ce n'est que pour les deux lamas en liberté compris dans l'offre de vente.

Il y aussi le geyser, mais son activité a ralenti après que des vandales l'eurent endommagé. L'eau froide qui en était projetée atteignait autrefois environ 23 mètres de hauteur. Le Roadside Geyser, comme il était appelé, était un attrait touristique couru dans la région.

Si la ville a connu des jours meilleurs, l'agent immobilier Mike Getzer affirme que la propriété déborde de potentiel pour un acheteur doté d'une approche d'entrepreneur teinté de Far West.

«Vous pouvez être le shérif, le juge et le bourreau dans votre propre ville. Vous pouvez être le maire. Vous pouvez être ce que bon vous semble. Ce serait fantastique», a-t-il lancé.

Une station-service se trouve également sur le terrain, avec un comptoir postal à l'intérieur de la bâtisse.

«Ou vous pourriez être votre propre facteur», a rigolé M. Getzer.

Woodside est bordée par la route 6 dans le comté d'Emery, et entourée des Book Cliffs, des montagnes désertes dont le nom a été inspiré par la topographie, qui s'apparente à des étagères de livres. La ville en elle-même n'a pas de dénivelé, est entourée de broussailles et traversée par la rivière Price.

L'endroit serait d'ailleurs empreint de légende.

Des historiens croient que le bandit Butch Cassidy et ses acolytes se seraient cachés dans le canyon de San Rafael Swell, près de Woodside.

«Personne n'a jamais trouvé où c'était. Ou du moins c'est ce qu'ils disent», a expliqué M. Metzger.

Le propriétaire de la ville, Roy Pogue, âgé de 63 ans, a raconté que s'il cherchait à vendre, c'était en partie parce qu'il ne pouvait plus s'occuper des terrains et que son épouse «aime les gens et nous n'avions pas de voisins».

M. Pogue avait racheté Woodside d'un médecin de Provo, en Utah, en 1990. Il avait prévu transformer l'endroit en ferme et ranch, mais s'est plus souvent qu'autrement retrouvé à aider des voyageurs dont la voiture s'était brisée, l'incitant à rénover la vieille station-service et en faire un commerce. Et comme Woodside ne se trouve pas très loin d'un endroit prisé des touristes, Moab, il accueillait beaucoup de passants.

«Juste en restant là, à cette petite station-service, pour les années où j'y ai été... il n'y a pas de pays au monde dont je n'ai pas rencontré quelqu'un», a-t-il expliqué.

Et il y aurait aussi les rumeurs de trésor.

Le premier résidant à s'être établi à Woodside serait Henry H. Hutchinson, arrivé en 1881, lequel aurait trouvé une mine d'or espagnole. M. Pogue a raconté que des voyageurs venaient avec l'espoir de retrouver le site, soulignant que cela n'avait jamais été le cas.