Philippe Varin, patron de PSA Peugeot Citroën, le 25 juillet 2012 à Paris

Le sénateur PS du Doubs Martial Bourquin a profité jeudi de l'audition du patron de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, sur la suppression de 8.000 postes par le constructeur en France pour aborder un autre problème: le retard de livraison d'une Peugeot commandée par un ami.

"Comment se fait-il, quand une personne amie que je connais, commande une DS5, qu'il la commande en avril, qu'il ne peut se la faire livrer qu'en septembre, et parfois octobre?", a demandé M. Bourquin au numéro un de PSA qui était interrogé par les commissions économiques de l'Assemblée nationale et du Sénat sur ses projets de restructuration dans l'Hexagone.

"Est-ce que vous pouvez remédier à ce problème?", a-t-il ajouté. "Car ces personnes se tournent vers d'autres véhicules" à cause des délais de livraison, selon M. Bourquin.

La volonté de PSA de supprimer la voilure en France, de réduire ses capacités à Rennes et de fermer son site d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) lui valent de vives critiques de la part du gouvernement et d'élus locaux.

© 2012 AFP