Des cars scolaires aux Etats-Unis en 2008

La surveillante d'un bus scolaire de l'Etat de New York, copieusement insultée par des élèves, avait de quoi retrouver le sourire jeudi: la diffusion sur internet de la vidéo de l'incident a permis de récolter en solidarité plus de 316.000 dollars pour lui offrir des vacances.

La vidéo des faits survenus lundi, publiée mardi soir sur Youtube, montre Karen Klein, 68 ans, essayant de ne pas répondre à des collégiens de 13 ans qui la traitent sans relâche pendant une dizaine de minutes de "gros tas" ou d'"éléphant".

Les élèves de Greece, dans l'ouest de l'Etat de New York, se moquent de son apparence, de son appareil auditif, de sa coiffure. L'un d'eux dit vouloir aller "pisser sur sa porte", certains font des gestes grossiers, et s'amusent quand elle leur dit qu'elle pleure et est blessée par leurs propos.

La vieille dame, mal à l'aise, évite de répondre.

La scène, filmée sur un téléphone portable, a suscité une vive indignation aux Etats-Unis. Sur internet, elle avait déjà été regardée 2 millions de fois jeudi matin, et une quête sur le site indiegogo.com a été lancée pour permettre à la surveillante de "partir en vacances".

L'objectif initial de 5.000 dollars a été instantanément pulvérisé. La collecte avait déjà récolté jeudi en fin d'après-midi plus de 316.000 dollars de 15.000 personnes.

Cette grand-mère de 8 petits-enfants n'avait pas signalé l'incident.

Elle a expliqué sur NBC que ce n'était pas la première fois qu'elle était ainsi maltraitée. "Je veux qu'ils soient punis, mais je ne sais pas comment", a-t-elle déclaré.

Elle s'est dite "impressionnée" par le mouvement de solidarité en cours, et les lettres et emails de soutien qu'elle avait reçus: "C'est vraiment super".

Les autorités scolaires de Greece ont quant à elle affirmé que les quatre élèves en cause feraient face à une sanction disciplinaire.

Revers de la médaille, les jeunes faisaient face jeudi à des menaces de toutes sortes dont des menaces de mort, a indiqué à l'AFP la police de Greece, leurs identités et numéros de téléphone ayant été publiés sur internet.

"Un seul téléphone contenait 700 messages de menaces", a indiqué le capitaine Steve Chatterton ajoutant que la police "faisait ce qu'il fallait pour qu'il ne leur arrive rien". "Les gens doivent arrêter, cela n'a aucun sens, c'est un épisode de mauvais comportement dans un bus".

La vidéo est visible

ici

© 2012 AFP