Des policiers à Rio de Janeiro

La police brésilienne a annoncé mardi avoir arrêté des membres d'une bande de jeunes gens issus de la classe moyenne, dont certains étaient étudiants, accusés de pratiquer des enlèvements express à Sao Paulo pour s'acheter des vêtements de marque et financer des fêtes.

Sept jeunes gens de 18 à 21 ans ont été interpellés. Au moins quatre d'entre eux étaient étudiants à l'université et tous "faisaient partie d'une bande de 16 jeunes qui opéraient de nuit" dans le district de Brooklin, dans le sud de la capitale économique du Brésil, a indiqué à l'AFP l'inspecteur de police Francisco Solano de Santana.

Les neuf autres comparses sont recherchés par la police, a-t-il ajouté.

Les enquêteurs soupçonne la bande d'avoir commis une quarantaine d'agressions cette année.

Avec un pistolet, ils brisaient la vitre d'un véhicule - en général conduit par une femme - pour entrer dans la voiture et contraindre son occupant à parcourir le quartier en retirant de l'argent avec sa carte bancaire dans des distributeurs automatiques.

Les sommes soutirées leur servaient ensuite à acheter chaussures et vêtements de marque ou pour louer des maisons sur des plages pour organiser des fêtes.

En mars, la police de Sao Paulo avait déjà arrêté trois jeunes femmes de la classe moyenne, élégantes, éduquées et bilingues, qui formaient avec trois autres femmes le "gang des blondes", une bande soupçonnée d'une cinquantaine d'enlèvements express depuis 2008.

Selon M. Santana, le nombre de ce type d'agression a chuté de 25 ou 30 par mois les années précédentes à environ quatre actuellement.

© 2012 AFP