Des policiers argentins

Une vive polémique secouait vendredi la province argentine de Cordoba (centre), la presse ayant révélé que les aspirants policiers devraient désormais ne pas avoir subi d'ablation du pénis ni présenter une atrophie des testicules.

"A l'heure de choisir ses candidats, la police de Cordoba considère que ceux qui auront subi une ablation du pénis ou auront les testicules atrophiés ne pourront postuler", a dénoncé le quotidien la Voz del Interior.

Ces conditions ont immédiatement été interprétées comme une discrimination déguisée envers les transsexuels et ont contraint vendredi la police de Cordoba à préciser que ces candidats n'étaient pas écartés d'office.

"Si la personne va bien et présente une pathologie de ce type, son cas est examiné par une commission de médecins qui se prononcera après avoir demandé des études psychologiques et psychiatriques", a assuré à la presse le médecin de la police de Cordoba Raul Preiser.

L'Argentine, premier pays d'Amérique latine à avoir légalisé le mariage entre personnes du même sexe en 2010, avait encore étonné il y a trois mois en autorisant le libre choix de l'identité sexuelle. Les personnes transsexuelles peuvent désormais s'enregistrer sous l'identité sexuelle de leur choix à l'état-civil.

© 2012 AFP