Système de santé - Accès à un médecin : des résultats encourageants, mais l'attente reste longue

Trouver un médecin de famille est toujours un casse-tête pour des dizaines de milliers de Québécois. Les guichets d'accès pour la clientèle sans omnipraticien (GACO), mis en place depuis 2009, permettent chaque année à des dizaines de milliers de patients d'en obtenir un. De plus, depuis six mois, tout le monde y a accès.

Les personnes qui cherchent un médecin de famille peuvent s'inscrire dans ces guichets que l'on retrouve dans tous les Centres de santé et services sociaux (CSSS) du Québec.

Depuis novembre 2011, tout le monde peut s'y inscrire, et pas seulement les gens qui souffrent de maladies chroniques, comme c'était le cas avant. Ces derniers sont pris en charge en priorité et un médecin leur est désigné en quelques semaines. Pour les autres, l'attente varie entre trois et six mois.

« Ceux que c'est plus stable, ça peut prendre quelques mois, trois mois, six mois, mais ce n'est pas une question d'année », explique Dr Michel Lafrenière, président de l'Association des médecins omnipraticiens de la région de Québec.

Pour l'ensemble du Québec, sur 201 000 inscrits dans les GACO, on a réussi à trouver un médecin aux deux tiers, soit 136 000 personnes.

Guichets d'accès pour la clientèle sans omnipraticien de tout le Québec (2011-2012)

  • Personnes inscrites : 200 978
  • Personnes référées : 136 045

À Montréal, en un an, 31 000 personnes sur les 46 300 inscrites au guichet ont pu avoir accès à un médecin de famille. Environ la moitié était des gens dits vulnérables, qui doivent avoir un suivi médical.

L'envers de la médaille, c'est qu'avoir un médecin ne veut pas dire obtenir facilement et rapidement un rendez-vous dans un délai raisonnable.

« Il y a des médecins qui font de l'obstétrique, qui font de l'hospitalisation, qui travaillent à la salle d'urgence, et qui font du bureau », souligne Dr Louise Ayotte, de l'Agence de santé de Montréal.

Guichet d'accès pour la clientèle sans omnipraticien de Montréal (2011-2012)

  • Personnes inscrites : 46 300
  • Personnes référées : 31 000
  • Patients vulnérables référés : 16 500
  • Patients non vulnérables référés : 14 500

Pour les autorités, il s'agit évidemment de trouver plus de médecins de famille, mais aussi de réorganiser le travail grâce au soutien des infirmières, ou de réserver des plages horaires chaque jour pour des clients qui doivent être examinés rapidement.

« Il y a moyen de se réorganiser pour être capable de suivre une plus grande clientèle », dit Yves Bolduc, ministre de la Santé et des Services sociaux.

Le ministre est convaincu que tous les Québécois qui veulent un médecin de famille - 80 % de la population - pourront en avoir un d'ici quelques années. Mais il n'est pas pas question, comme pour certaines chirurgies, de garantir un rendez-vous dans un délai minimum.

D'après un reportage de Josée Thibeault