- RIM supprimera 5000 emplois et rapporte des pertes importantes

Le fabricant canadien du BlackBerry, Research in Motion, a indiqué jeudi qu'il supprimera 5000 emplois de son effectif mondial dans le cadre de sa restructuration, alors qu'il dévoile des pertes importantes au premier trimestre.

L'entreprise de Waterloo, en Ontario, reporte aussi le lancement du BlackBerry 10 et d'un nouveau système d'exploitation au début 2013. Celui-ci était prévu initialement pour la fin de l'été 2012. Ce nouveau produit constituait un élément clé de la relance de RIM.

L'entreprise rapporte des pertes au premier trimestre de 518 millions de dollars américains, comparativement à des profits de 695 millions à la même période en 2011 et des revenus au premier trimestre de 2,8 milliards de dollars américains, en baisse de 43 % par rapport au même trimestre l'an dernier.

Ces résultats sont pires que ce que prévoyaient les analystes. Il s'agit des premières pertes trimestrielles pour le fabricant en plus de sept ans.

RIM souhaite économiser 1 milliard de dollars avec les suppressions d'emploi annoncées jeudi. L'entreprise compte 16 500 employés dans le monde. Les coupes annoncées pour les prochains mois toucheront donc près du tiers des employés. RIM avait annoncé sa volonté de couper des milliers d'emplois, fin mai.

La société avait déjà éliminé 2000 emplois en juillet 2011.

Par ailleurs, au cours du trimestre qui a pris fin le 2 juin, RIM a vendu 7,8 millions d'appareils BlackBerry et 260 000 tablettes PlayBook.

« Je ne suis pas satisfait de ces résultats et je continue à travailler fort avec tous les secteurs de l'entreprise et le conseil d'administration pour réaliser des changements significatifs afin de relever les défis auxquels nous faisons face », a affirmé le PDG de RIM, Thorsten Heins, dans un communiqué.

Le titre de l'entreprise perdait 18 % à New York, dans les transactions après la fermeture, jeudi.

Plus tôt cette semaine, l'action de RIM a chuté à la suite d'une décote de la firme d'investissement Morgan Stanley. Des articles dans la presse britannique avançaient que la société pourrait se scinder et envisageait notamment de vendre sa division de fabrication d'appareils.

La compagnie a dû se résoudre à restructurer ses activités après avoir vu sa part de marché fondre au profit de l'iPhone d'Apple et de téléphones intelligents munis du système d'exploitation Android de Google.

Radio-Canada.ca avec PC et CBC