Fraudeur à cravate - L'AMF accuse Marcel Pontbriand

Radio-Canada a appris que l'Autorité des marchés financiers (AMF) déposait une vingtaine de chefs d'accusation contre Marcel Pontbriand, un homme d'affaires de Beloeil réfugié depuis des mois aux États-Unis.

En novembre dernier, Radio-Canada a diffusé une enquête sur cet individu aux antécédents troubles qui se prétend aussi guérisseur.

Plusieurs personnes disent avoir perdu des dizaines et des centaines de milliers de dollars investis dans des projets d'affaires de Marcel Pontbriand. Les accusations de l'AMF sont liées à la vente d'actions de la compagnie Newtech, une compagnie québécoise qui voulait mettre en marché un frein révolutionnaire il y a quelques années. Cette compagnie n'existe plus. Mais des plaintes d'investisseurs ont incité l'AMF à mener une enquête qui a duré quatre ans.

Selon le porte-parole de la police des marchés financiers, Sylvain Théberge, l'enquête a été ardue. « On était devant une situation, vous savez, Monsieur Pontbriand est un habile parleur. Malheureusement, il y a une question de crédulité, de consentement dans bien des cas. On aurait pu pour épater la galerie, sortir des centaines et des centaines d'accusations, et perdre, ou se faire dire par la Cour : écoutez, ça ne tient pas la route. »

Marcel Pontbriand a désormais 30 jours pour se manifester et plaider coupable ou non coupable à ces infractions pénales. L'homme de 50 ans s'est réfugié il y a un peu plus d'un an en Arizona, aux États-Unis, avec une vingtaine d'autres personnes, dont des investisseurs ruinés. Depuis la diffusion de notre enquête en novembre dernier, de nouvelles plaintes et des appels ont été acheminés à l'AMF et la Sûreté du Québec.

Nous avons aussi appris que les poursuites civiles contre Marcel Pontbriand continuaient de s'accumuler.

Il y a quelques semaines, la Cour supérieure du Québec l'a condamné à payer 400 000 $ plus les intérêts à une femme qui lui avait prêté cette somme pour un de ses projets d'affaires. En l'espace de dix ans, une trentaine de poursuites civiles ont été déposées contre lui dont plusieurs liées à la vente d'action.

De nombreuses personnes reprochent aussi à Marcel Pontbriand d'avoir détruit leur famille. Ses agissements ont attiré l'attention de la Sûreté du Québec qui poursuit toujours son enquête.

D'après un reportage d'Éric Plouffe