Politique fédérale - Thomas Mulcair brigue la direction du NPD

Le député néo-démocrate d'Outremont, Thomas Mulcair, a confirmé jeudi matin qu'il se lançait dans la course à la succession de Jack Layton.

Le politicien de 56 ans devient ainsi le sixième candidat à la direction du Nouveau Parti démocratique.

Pour l'occasion, Thomas Mulcair était entouré d'une trentaine de députés, principalement du Québec. On retrouvait également à ses côtés Lorne Nystrom, figure de proue du NPD, qui fut député pendant plusieurs décennies, ainsi que leader adjoint en Chambre et whip adjoint.

Le chef du NPD du Nouveau-Brunswick, Dominic Cardy, et l'avocat Julius Grey étaient aussi sur place pour donner leur appui à Thomas Mulcair.

M. Mulcair a mis l'accent sur le travail de Jack Layton au cours des dernières années, affirmant que le parti a désormais la responsabilité et l'opportunité de poursuivre ses objectifs.

« Ici au Québec, le NPD a beaucoup d'arbres, mais peu de racines. Dans d'autres provinces, le NPD a des racines profondes, mais n'a plus d'arbre. Je demande donc aux gens qui nous ont fait l'honneur de voter NPD de poser un geste additionnel et de prendre leur carte de membre afin d'influer sur le choix du futur chef de l'opposition et possiblement du prochain premier ministre du Canada.

Lorne Nystrom salue un « combattant »

S'il a reconnu que Brian Topp, perçu comme le principal rival de Thomas Mulcair dans cette course à la direction, était « un homme intelligent » et l'un des meilleurs stratèges du NPD, M. Nystrom a vanté les qualités de Thomas Mulcair.

« Tom est un combattant. Il peut entrer dans le ring avec Stephen Harper ou Jim Flaherty n'importe quand. Les gens aiment ça; ils aiment quelqu'un qui est capable de se battre et qui est capable de travailler avec eux », a résumé M. Nystrom.

Il a soutenu que était entouré de l'establishment à Toronto, tandis que M. Mulcair recrutait dans toutes les sphères du parti.

Paul Dewar, un autre candidat de la course, a de son côté salué la candidature de Thomas Mulcair, qui n'est pas une surprise, a-t-il dit. « C'est un bon candidat [qui a] beaucoup d'expérience » et « un bon membre de notre équipe », a commenté le député d'Ottawa-Centre, qui se considère cependant comme le mieux placé pour diriger le NPD.

Paul Dewar a reçu l'appui jeudi de sept députés du Manitoba, où il était en visite.

Aux dernières élections fédérales, en mai, le NPD a fait élire 59 députés au Québec, sur les 102 dans tout le pays.

Brian Topp, principal opposant

Le président démissionnaire du NPD, Brian Topp, premier à avoir annoncé sa candidature à la direction du parti, a notamment reçu l'appui des députés Françoise Boivin, Alain Giguère et Alexandre Boulerice.

De plus, Raymond Guardia, qui a dirigé la campagne du NPD au Québec lors de l'élection de mai dernier, dirige la campagne à l'investiture de M. Topp.

M. Topp, un Québécois d'origine, peut également compter sur les appuis de l'ancien chef du NPD Ed Broadbent, de l'ancien premier ministre de la Saskatchewan Roy Romanow, ainsi que du syndicat des Métallos.

Un autre candidat du Québec, Roméo Saganash (Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou), s'est lancé dans la course.

Outre MM. Topp et Dewar, les autres candidats sont les députés Nathan Cullen (Skeena-Bulkley Valley) ainsi que Martin Singh, pharmacien, résident de Musquodoboit Harbour, en Nouvelle-Écosse.

Le Nouveau Parti démocratique élira son nouveau chef le 24 mars prochain.