- Magnotta plaide non coupable

Luka Rocco Magnotta, accusé d'avoir tué et démembré un étudiant chinois en mai dernier, a plaidé non coupable à plusieurs chefs d'accusation portés contre lui lors de sa comparution par vidéoconférence au palais de justice de Montréal.

L'homme de 29 ans n'a comparu que quelques minutes mardi après-midi depuis l'endroit où il est détenu. Le SPVM voulait éviter de le transporter en voiture au tribunal et d'enflammer les passions de ses « admirateurs ».

Escorté par des policiers, l'accusé est apparu impassible et n'a prononcé qu'un seul mot - « Ok » -lorsque son avocat lui a indiqué qu'il pouvait lui téléphoner en soirée.

Luka Rocco Magnotta, originaire de la région de Toronto, est accusé du meurtre prémédité de Lin Jun, d'outrage à un cadavre, de diffusion de matériel obscène, de corruption de moeurs, et de harcèlement criminel à l'endroit du premier ministre Stephen Harper.

L'accusation de meurtre prémédité sera « le chef sur lequel le procès de M. Magnotta se tiendra éventuellement. Les autres chefs sont des chefs accessoires », a indiqué l'un des deux procureurs de la Couronne au dossier, Louis Bouthillier.

Par l'entremise de son avocat, Magnotta a plaidé non coupable à quatre chefs d'accusation portés contre lui. Toutefois, Magnotta n'a pas eu à dire s'il plaidait coupable ou non à l'accusation de meurtre prémédité qui releve uniquement de la Cour supérieure du Québec.

Il sera représenté par le controversé Me Pierre Panaccio, bien connu du milieu juridique. À l'été 2010, Me Panaccio a été écarté du mégaprocès des Hells Angels à titre d'avocat, pour conflit d'intérêts. L'avocat, qui aurait entretenu des liens étroits avec ses clients motards, avait défendu deux Hells devenus délateurs.

Du côté de la Couronne, deux procureurs d'expérience, les avocats Louis Bouthillier et Hélène Di Salvo, ont été saisis du dossier. En 2001, Me Di Salvo avait fait condamner le boxeur Dave Hilton pour agressions sexuelles sur ses propres filles.

« C'est un dossier [celui de Magnotta] qui va avoir une certaine pression médiatique, mais c'est un dossier qui va être compliqué par la longueur et la lourdeur de l'enquête policière », a indiqué Me Di Salvo aux journalistes, mardi.

Luka Rocco Magnotta est arrivé à l'aéroport Montréal-Mirabel un peu avant 19 h, lundi, à bord d'un avion militaire canadien, escorté par des policiers.

Protégé par un important convoi de policiers, l'accusé a été emmené dans un centre de détention montréalais non identifié. Il était détenu à Berlin, en Allemagne, en attendant son renvoi au Canada.

Il avait été capturé le 4 juin, après 10 jours de cavale, dans un café Internet de Berlin, grâce à un employé de l'établissement qui l'avait reconnu. Sa photographie avait été affichée sur le site web d'Interpol, car il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international.

Luka Rocco Magnotta sera de retour en cour jeudi après-midi, où il comparaîtra de nouveau par vidéoconférence. C'est à ce moment qu'on saura si son avocat décidera ou non de déposer une requête d'évaluation psychiatrique visant à déterminer si son client doit être tenu responsable de ses actes.