Justice - Affaire Tomassi : Charest s'en remet au processus judiciaire

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, soutient qu'il faut respecter les droits de Tony Tomassi en dépit des accusations qui pèsent contre lui. De retour au Québec après un séjour en France et en Espagne, M. Charest a ainsi commenté la situation de son ancien ministre de la Famille accusé de fraude envers le gouvernement et d'abus de confiance.

M. Charest souligne que son gouvernement a pris ses responsabilités dans le dossier de M. Tomassi. Il rappelle que le gouvernement a relayé les informations dont il disposait à la Sûreté du Québec dès qu'il a su que M. Tomassi utilisait la carte de crédit d'une entreprise privée. Le premier ministre soutient que c'est ce processus qui a mené aux accusations déposées depuis contre M. Tomassi.

« Les accusations sont déposées, tout ça est sérieux, tout ça est très sérieux, a déclaré M. Charest. Mais à partir d'aujourd'hui, lui a des droits, le tribunal va l'entendre. Je pense que le minimum que nous devons - et c'est important de respecter les droits de chacun - c'est d'offrir à M. Tomassi l'occasion de se présenter devant le tribunal et de se défendre. Et, le reste, c'est à la justice de déterminer la suite des choses. »

Le premier ministre refuse de préciser s'il croit que M. Tomassi devrait démissionner de ses fonctions en raison de l'importance des accusations portées contre lui. « Je vais respecter le droit de M. Tomassi à être jugé par un tribunal », a simplement précisé M. Charest. « Il décidera [lui-même] de ce qu'il veut faire. »

Tony Tomassi fait face à trois chefs d'accusation relativement à des actes criminels qu'il aurait commis de 2007 à 2010.

Député de Lafontaine élu sous la bannière du Parti libéral du Québec, Tony Tomassi a été congédié de son poste de ministre de la Famille en mai 2010 après avoir admis avoir utilisé une carte de crédit de l'agence de sécurité BCIA, appartenant à son ami Luigi Coretti, pendant qu'il était député.

Tony Tomassi a été informé mardi des trois chefs d'accusation portés contre lui et il doit se présenter au palais de justice de Québec le 14 novembre prochain. Il devra d'abord passer au poste de la Sûreté du Québec le 2 novembre pour faire prendre ses empreintes digitales.