- Il faudra un permis pour pratiquer la psychothérapie au Québec

Dès jeudi, un permis sera nécessaire afin d'utiliser le titre de psychothérapeute et d'exercer cette activité au Québec, a annoncé lundi le ministre de la Justice, Jean-Marc Fournier.

Accompagné de la présidente de l'Ordre des psychologues, Rose-Marie Charest, et du président de l'Ordre des professions, Jean Paul Dutrisac, M. Fournier s'est félicité de cette initiative, une première au Canada et un bon moyen, selon lui, de protéger la population contre ceux qu'il a qualifiés de « charlatans », car ils profitent d'une clientèle « vulnérable » en prétendant offrir des services de psychothérapie.

La pratique de la psychothérapie sera désormais réservée aux médecins et aux psychologues, mais également aux membres des ordres des conseillers d'orientation, des ergothérapeutes, des infirmières, des psychoéducatrices ainsi que des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux, qui devront cependant réussir une formation substantielle afin d'utiliser le titre et obtenir le permis.

Les personnes qui exercent présentement des activités de psychothérapie et qui ne sont pas membres de ces ordres, mais qui répondent aux exigences de formation, obtiendront un délai de deux ans pour demander un permis de psychothérapeute à l'Ordre des psychologues du Québec.

Toute personne qui ne s'assujettira pas aux nouvelles règles sera passible de poursuite, notamment pour exercice illégal.

L'Ordre des psychologues servira également de guichet d'information afin de guider, d'informer et d'offrir de l'information à la population. Les personnes qui auront reçu des services qu'ils estiment inadéquats pourront également en référer à cet ordre, qui promet d'assurer un suivi.