- Hausse à venir des prix des aliments

La sécheresse dans certains États des États-Unis, la pire depuis plusieurs décennies, risque de se répercuter sur la facture d'épicerie des Canadiens. Des économistes s'attendent à des augmentations de prix des denrées, du porc aux céréales, allant jusqu'à 4 % l'an prochain.

L'économiste Paul Ferley de la RBC précise que les hausses de prix seront semblables à celles observées en 2001 lorsqu'elles étaient stimulées par la forte demande de pays émergents, comme la Chine et l'Inde. Il table sur une progression de 2,5 à 3,5 % des prix des denrées cette année et de 3 % à 4 % l'an prochain.

Le temps particulièrement sec dans plusieurs États du Midwest dessèche le maïs et le soya notamment, ce qui affectera l'ensemble de la chaîne alimentaire. Comme le maïs sert à nourrir le bétail aux États-Unis, les prix du boeuf et du porc devraient augmenter, explique l'analyste Patricia Mohr de la Banque Scotia. La volaille serait aussi touchée, selon elle.

Les coûts de production pour la nourriture augmenteront, souligne Mme Mohr, « et éventuellement, il y aura un impact à l'épicerie ». « C'est difficile de prédire avec précision quand cela se produira », ajoute-t-elle. Certains produits, comme le pain et les pâtes, pourraient aussi coûter plus cher.

Déjà des prix plus élevés

La semaine dernière, le groupe de restauration rapide Tim Hortons annonçait une hausse de prix pour certaines de ses pâtisseries et sandwichs en expliquant que les coûts des ingrédients étaient en hausse.

Le chef de la direction des Aliments Maple Leaf, Michael McCain, indiquait, également la semaine dernière, que les prix de ses produits allaient augmenter en raison des effets de la sécheresse précisant, lui aussi, qu'il est difficile de prédire quand la situation se reflétera sur la facture des consommateurs.

Avec la concurrence accrue entre les épiciers et les géants du commerce au détail au pays, certains commerçants pourraient être hésitants à repasser entièrement les hausses de prix à leurs clients, explique M. Ferley. Cela pourrait tempérer les augmentations de prix, dit-il.

Au pays, les groupes Loblaw, Metro et Sobeys avec son enseigne IGA, notamment, doivent composer avec de nouveaux concurrents comme Pharmaprix, Walmart et bientôt Target.